Bienvenue Invité, cela faisait longtemps ! ()
 
AccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 "La mort de Silk"

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Silk
Fanatique du Roi
Fanatique du Roi
avatar

Nombre de messages : 2877
Age : 28
Guilde : Armée*Royale
Date d'inscription : 11/01/2005

MessageSujet: "La mort de Silk"   Dim 5 Juin 2005 - 13:40

La pluie battait les fenêtre en cette funeste nuit. Mon cœur battait à tout rompre car Elmina reprenait des forces, ses hurlement étaient chaque jour plus puissants, les cordes qui la maintenaient attachée s’effilaient régulièrement et je ne pouvais rien faire. J’attendais patiemment ; ou plutôt impatiemment que mon contact chez les Templiers vienne me prévenir lorsque cette stupide potion serait prête. En attendant je faisais les cents pas dans cette pièce qui avait servi de cellule improvisée à Elmina durant un mois. Un mois, jour pour jour. Je me levais, et vint regarder à la fenêtre. Même si la pluie amoindrissait la vue au dehors, les rayons lunaires étaient très nettement visible... Heureusement pour moi, cette nuit là, il y avait des nuages qui voilaient l’astre de nuit…. Pour un moment très, très court. Je jouais avec ma dague comme à mon habitude, j’avais l’impression que les minutes s’écoulaient plus vite en faisant cela. De temps en temps, je jetais un coup d’œil furtif à Elmina…elle enrageait, son instinct lycan prenait le dessus petit à petit. J’avais peur qu’elle…que son esprit ne succombe à cette rage animale, je priais Donblas que son âme ne soit pas consumée par cette haine bestiale. Soudain, on toqua à ma porte. Ce bruit fut comme une délivrance pour moi, un mince espoir venant délivrer mon cœur du joug de la peur. J’ouvris la porte brusquement, mon contact avec les Templiers était là comme je m’en étais douté. Il fut surpris de me voir dans mon état. Moi-même j’aurais été surpris si je m’étais vu. Je ne me rasait plus depuis deux semaines, de grandes cernes noires soulignaient mes yeux, autrefois vif et qui maintenant avaient perdu leur éclat d’antan. Je ressemblais plus à un cadavre qu’à un homme…
Il faut croire que la peine engendrée par la transformation d’Elmina m’avait marqué au plus au point.


Sans un mot, nous nous dirigeâmes, moi et ce contact sans nom, vers le temple. Les gardes du château ne nous cherchèrent pas d’ennuie, ils étaient maintenant habitués à mes escapades nocturnes. La foret était calme, seul le bruit de quelques rapaces nocturnes venaient troubler le calme limpide de cette nuit étrange. Le temple se dessinait lentement à l’horizon. Mon cœur allait exploser d’excitation. Mon corps tout entier tremblait d’impatience. Nous passâmes la vaste porte d’entrée et nous arrivâmes dans le hall. Là, des gardes nous prièrent de nous asseoir dans une sorte de salle d’attente situé dans le dédale immense du temple. J’attendis donc. Mon contact en profita pour réclamer son salaire. Je me fis…une « joie » de le payer, vous vus en doutez. La pièce était froide, j’avais un peu peur, une sorte de pressentiment bizarre qui m’inquiétait.


Quelques instants plus tard, alors que je commençais à perdre patience, un prêtre sans âge, vient m’apporter le fruit de mes attentes. Il me tendis la fiole, vide…

-Est-ce une blague ? Vous vous fichez de moi ?

-Pas du tout…

-Alors pourquoi cette stupide fiole est-elle vide ? Hurlais-je, exaspéré par ces contretemps et ces coups du sort.

-Elle n’est pas vide, regardez avec plus d’attention…et veuillez vous taire, vous êtes dans une lieu saint.

Je collais mon visage sur la fiole et après quelques recherches je vis enfin ce que je devais voir. Une goutte, une seule, au fond de cette fiole de verre.

-Une goutte ?

-Oui…une goutte.

-Et j’en fais quoi, moi, de votre goutte ? C’est suffisant pour soigner Elmina ? Laissez moi rire.

-La potion ne prend effet que si cette goutte est mélangée au flux vital de la personne qui désir soigner le malade.

Je ne compris pas tout de suite ce qu’il voulut me faire comprendre.
Il soupira et ferma les yeux. Il prit son temps et m’expliqua.

-Le flux vital, plus communément appelé : le sang, parmi les rustres de ce monde, doit etre mélangé avec cette goutte pour que l’effet soit total. Si vous ne faites pas cela, rien ne se produira.

-Huuumm…et quelle quantité de mon sang dois-je utiliser pour qu’elle soit efficace ?

Je vis son visage pâlir légèrement.

-La réponse est…plus que simple. Il faut utiliser tout son sang….

-Mais alors le soigneur….c’est à dire moi…

-Oui…vous êtes condamné.Je suis désolé mon enfant...puisse Donblas veiller sur vous.

Quelques instants plus tard, je sortis du temple. Je regardais le sol, en marchant lentement. Apres cette révélation, j’étais beaucoup moins pressé de rentrer au château.
De nombreuses questions m’assaillirent sur le chemin du retour. Mais en fin de compte, je savais ce que j’avais à faire.
La lune était encore voilée:le seul point positif de cette triste nuit.

Je gravis les marches menant aux dortoirs, le cœur lourd de chagrin, mais emplis de résolution et de fermeté. J’ouvris la porte et…à la vue de Elmina, attachée sur ce lit, sous cette forme hideuse, cette forme bestial de Lycan…je fur certains de ce que je devais faire.Loin d’être comme les autres personnes mi-humaines, mi-Lycan, elle, elle était completement...transformée. Plus aucune lueur humaine…plus rien.Tout cela à cause des Fozzy et de ces acolites...j'enrageais de ne pouvoir aller les tuer moi-même, mais j'avais d'autres priorités.


J’arrivais à l’instant fatidique. Je pris la fiole et l’ouvris. Une odeur âcre s’en échappa.
Je me suis toujours demandé comment une seule goutte pouvait sentir aussi fort…

Je versais doucement la goutte, elle coula le long de la paroi de verre. J’eu du mal car Elmina ne tenait pas en place, et je ne pouvais pas tenir sa gueule car je risquais de me faire mordre.
Par chance, la goutte entra directement au fond de sa gorge. Au moment précis où la goutte entra en elle, ses mouvements agités cessèrent. Elle sembla s’apaiser. Durant un court instant, le dernier instant, le calme revint dans la pièce. Puis, sachant ce qu’il me restais à faire, je sortis la dague…pas n’importe laquelle… : la dague d’argent.

Quelle ironie : mourir par la dague que je destinais à Fozzy. La vie est absurde parfois.

Et enfin, donc, vint l’instant fatidique. Je pris la dague, tendis mon bras, et ..fis ce qu’il y avait lieu de faire.

Le sang coula lentement, de mon poignet à sa gueule. Elmina s’en abreuvait avec une avidité de prédateur. La douleur me lançait des ondes de chaleur à travers l’entièreté de mon bras.

Ce fut l’un des instant les plus sordides de ma vie. Moi, tendant le bras afin que le sang coule dans sa gueule, elle, déglutissant, avalant….grognant de plaisir.

Plus aucun sons ne se faisait entendre autres que celui du sang et de la délectation de Elmina…
Ma vue se brouilla, je voyais flou, mes jambes me soutenaient à peine. Je transpirais et haletais, je sentais mon cœur ralentir à chaque seconde qui passait.

Maintenant, je tremblais de toutes mes forces, le sang coulait sur les draps, je sentais la fin approcher, mais je tins bon, pour Elmina.

Et puis, petit à petit, je vis enfin ma quête aboutir.La potion agissait... La fourrure disparaissait, les formes animales laissaient place aux formes humaines, et les yeux…les yeux d’Elmina, reprirent leur éclat, la lueur d’intelligence subtile, la finesse, la beauté, la grâce, tout ce qui faisait d’elle cette femme incroyable qu’elle était, revenait au grand jour. La seule chose qui contrastait avec sa beauté originelle était le sang coulant sur sa bouche délicate.

Mais je ne pus apprécier le spectacle plus longtemps, mes jambes me lâchèrent, et je m’écroulais sur le côté du lit. Dos au sol, le sang restant, coulant doucement alors que je perdais petit à petit tous mes sens. Je vois encore la lumière filtrer à travers les tentures de la fenêtre, la nuit prenait fin, en même temps que ma vie. Je pus tourner la tête une ultime fois et voir Elmina remuer sur le lit, dans sa douce nudité, je me surpris à sourire. Le seul vrai sourire, sincère et heureux de ma triste vie. Et alors que j’expirais mon dernier souffle je ne pus m’empêcher de penser :

Je crois que j’aimais cette fille…


Et mes yeux se fermèrent sur le monde, alors que ceux de Elmina s’ouvrirent enfin.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elmina
Fanatique du Roi
Fanatique du Roi
avatar

Nombre de messages : 2535
Guilde : Armée*Royale
Date d'inscription : 10/04/2005

MessageSujet: Re: "La mort de Silk"   Dim 5 Juin 2005 - 16:42

Après une longue période où mes souvenirs restent encore flous, je m’éveillais.
Mes sens, mes sentiments humains me revenaient petit à petit. J’étais de nouveau moi.
Seulement, j’avais ce goût horrible dans ma bouche dans lesquelles je sentais un fluide qui coulait jusque sur ma poitrine. Sur la surface du lit, tout semblait humide. Je n’osais pas ouvrir les yeux.
Je ne voulais pas voir la triste vérité.
Après ce court instant, j’entendis un bruit lourd sur le coté du lit sur lequel je me trouvais.
Sans voir, je comprenais la situation. Des larmes envahirent mes yeux.
Qu’est ce que j’avais fait ?
Je sanglotais doucement, et enfin j’ouvris les yeux. Les draps étaient ensanglantés.
Et ce fluide, c’était du sang. Je ne voulais pas mouiller mes lèvres de peur que celui-ci se mélange à ma salive. J’étais pétrifiée.
Mais je ne devais pas faiblir car je savais que c’était moi la cause de tant de sang. Découvrant que j’étais nue sous ces draps, j’enroulais un semblant de robe, ses tissus de la mort et je me levais.
Je vis le corps de.. Silk. Il était étalé sur le sol, pâle, et mort. Je me jetais sur lui et le pris dans mes bras. Je pleurait toutes les larmes qui pouvait m’être donner de faire couler.
Ce sang, c’était son sang. Je l’avais tué. Je le compris après avoir regardé son poignet. Un poignet contrasté de blanc et de rouge. Il l’avait fait délibérément, cela la rassura mais la troubla. Elle ne l’avait pas tué sauvagement mais lui l’avait sauvé.
Cette part de conscience de ce qu’avait mon inconscience me troublait. Lui, le voleur, Silk, la personne que j’aimais… était mort, et je l’avais tué. Je sanglotais sur son corps, le serrant, regrettant. Des idées sur moi-même et sur ce que je pouvais faire me vinrent, je pensais que j’étais un monstre et que je devais mourir. Mais je ne devais pas. Non ! Pas après ce qu’il avait fait pour moi. Il s’était sacrifié pour ma personne, je ne pouvais pas gâcher ce sacrifice.
Je restais avec lui un long moment, le regardant et l’étreignant. Le temps semblait stopper, mes yeux étaient chargés de cette eau salée. Les rayons du soleil éclairant la salle, se reflétaient dans le sang pour donner une ambiance lugubre.
Au bout d’un moment, je ne pleurais plus. Impossible ! J’étais vidée.
Je me relevais, le regardant une dernière fois. Un sanglot me vint. Je voulais rester près de lui, ne pas l’abandonner mais c’était ses quartiers et je voulais que tout le monde connaissent son sacrifice, au prix que tout le monde me haïssent. Je pris mes vêtements qu’il avait rassemblés, et pudiquement je me tournais pour m’habiller. De temps en temps, pendant que j’enfilais mes habits, je me retournais espérant le voir bouger, mais rien. Quand j’eus fini, je pris le drap dans mes mains et je le posai à coté de Silk. Puis avec la force, malgré que le cadavre fût presque insaisissable, je le hissais sur le lit. Avant de le recouvrir du drap, je lui caressais doucement, une dernière fois son front et je lui dis :

-« Silk, merci à toi. Jamais je ne t’oublierai, ton sacrifice ne sera pas vain. Je t’en fais la promesse. Seulement je t’aimais tant. Je ne te l’ai jamais avoué mais… je t’aime Silk. »
Sur ces mots, elle recouvrit son corps de ce drap marqué de son sang.
Elle recule vers la porte, le fixant. Elle ne voulait pas le quitter mais elle le devait.
Elle tourna alors doucement la poignet de la porte, toujours en reculant. Une fois hors de la pièce, elle la repoussa doucement. D’ici, la pièce semblait plus calme, le soleil donnait une impression de silence d’été. Jamais on aurait pu deviner la scène qui s’était passée, mis à part les draps ensanglantés.
A contre cœur, enfin elle la ferma. Elle devait avertir l’autorité de ce qui s’était passée dans cette pièce où un amour aurait pu naître. Elle repensa au début de ses problèmes. Tout remontait à Sokar, cet horrible démon. Elle devrait se venger mais aussi venger Silk de ce monstre. Elle fera tout pour que plus jamais, personne ne subisse ce tourment Elle erra dans les couloirs jusqu’au bureau de Roderick.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lokhi
Habitué du palais
Habitué du palais
avatar

Nombre de messages : 433
Guilde : L'Héritier
Date d'inscription : 26/02/2005

MessageSujet: Re: "La mort de Silk"   Dim 5 Juin 2005 - 21:40

*Roderick entre dans la chambre. L'odeur âpre du sang l'agresse immédiatement. Il voit le drap ensanglanté. Une fiole au sol. Il ramasse la fiole et instinctivement la porte à ses narines. Une odeur épouvantable l'assaille. Il éloigne la fiole de son nez et fronce les sourcils: il vient de repérer la dague en argent de Silk au pied du lit. Il ramasse la dague de son autre main et l'observe attentivement*

'Cette dague a servi. Et un seul sang a été versé. Elmina n'aurait pas pu utiliser la dague dans son état. C'est donc Silk lui même qui s'est blessé. Il devait savoir ce qu'il faisait puisqu'Elmina a recouvré sa forme humaine.'

*Roderick dépose la fiole et la dague en argent sur la commode et se dirige vers le lit. Malgré son sang froid il repugne à soulever le drap. Il ne sait pas dans quel état est le corps de Silk et craint le pire.*

'Elmina l'aurait-elle mordu lorsqu'elle était encore louve??'

*Roderick soulève le drap avec appréhension*

'...'

*Rien! Rien! Rien! Des draps plein de sang. Deux coussins. Du sang. Roderick reste figé. Il ne sait que penser.*

'Où est le corps? Où est Silk? Elmina était persuadée qu'il était mort pourtant. Et dans son état il n'aurait pas pu fuir'

*Roderick regarde autour de lui. La fenêtre? Non impossible. Il regarde le sol. Les traces de pas d'Elmina, quittant la pièce, maculent les pierres. Pas d'autres traces apparentes. Ses propores pas ne se voient pas car le sang a déjà séché.*

'Quelle diablerie...?'

*Soudain, son regard est attiré par un cheveu sur le drap. Roderick s'en empare. Il est long et épais, de couleur mauve. Personne au Palais ne porte une telle chevelure. Le cheveu est posé sur le sang. Roderick regarde de plus près. Il trouve un autre cheveu.*

'Ces cheveux...à qui appartiennent-ils? Quelqu'un est venu prendre le corps de Silk. Mais comment? Ce sont des cheveux de femme....Comment a-t-elle pu emporter le corps? Silk n'était pas bien gros mais quand même...'

*Roderick est encore plongé dans ses pensées lorsque les gardes qu'il avait demandé arrivent. Ils viennent pour emporter le corps.*

Nous venons pour le corps de Silk, Roderick. Où est-il?

* Roderick se retourne et sans ambage annonce*

Le corps de Silk a été volé. Une femme aux cheveux mauve l'a emporté. J'ignore comment elle a opéré. Qu'on interroge tout le monde au château pour recueillir les témoignages! J'aimerais savoir qui a ainsi pu s'introduire au château et repartir avec le corps de Silk sans être inquiété. J'ai l'impression de vivre dans un moulin.

*Sur ce Roderick s'empare de la fiole et de la dague d'argent et sort de la pièce. Il laisse de dernières instructions.*

Nettoyez-moi cette chambre. Faites brûler les draps, ils sont irrécupérables et puis donnez une autr echambre à Elmina. Elle aurait trop de mauvais souvenirs ici.

*Roderick retourne dans son bureau*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: "La mort de Silk"   

Revenir en haut Aller en bas
 
"La mort de Silk"
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Divers :: Recueil de textes-
Sauter vers: