Bienvenue Invité, cela faisait longtemps ! ()
 
AccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Cercle vicieux

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Tyroine
Justicier avéré
Justicier avéré
avatar

Nombre de messages : 7341
Age : 25
Guilde : Armée*Royale
Date d'inscription : 30/01/2005

Fiche signalétique
Race: Demi démon
Profession: Patrouilleur
Age: 40 ans

MessageSujet: Cercle vicieux   Dim 5 Déc 2010 - 2:19

Forêt de Gathol, courant de l'an 1224.

Sous les sombres feuillages de la forêt des ombres, de nombreuses choses se sont produites puis ont sombré dans l'oubli. Cet endroit est aujourd'hui encore fort bien connu pour la présence d'êtres malsains en tout genre qui foulent cette terre. Les plus nombreux d'entre eux furent autrefois les elfes noirs. Véritables prédateurs, personne n'osait s'aventurer sur leur territoire, pas même les démons de l'époque. Malgré leur apparence agressive, cette communauté était bien plus élaborée qu'on peut le croire, dotée d'une cruauté innommable.

Les ruines de la ville de Gathol fut alors occupée de nombreuses années par ces elfes déchus de la cité de Cirel. Tout comme la Croisade Noire, leur organisation hiérarchique se basait sur le règne de plusieurs matrones possédant les pleins pouvoirs sur le commandement des mâles. Quand ils ne tuaient pas les malheureux qui osaient s'aventurer dans la forêt, les drows passaient leur temps à s'entraîner. A vrai dire parmi les mâles, le rapport de force était une chose possédant son importance, et bien souvent les plus faibles finissaient par être tués par leurs semblables.

Durant l'année 1224, après moult concours de combats et tournois organisés pour nommer le mâle le plus fort destiné à rejoindre l'élite, un vainqueur fut désigné : Zerkull. Il n'était pas le plus imposant des guerriers, mais il possédait une vivacité fulgurante et ses sens étaient parfaitement aiguisés. Sa maîtrise de l'épée quant à elle se voulait sans faille. Les drows sont des créatures arrogantes et trop sures d'elles. Qui pouvait alors se douter qu'en ces temps de gloire pour les elfes noirs, une pair d'yeux injectés de sang observait la cité de loin, attendant son heure ?

Le lendemain de la célébration du nouveau champion, une chasse entre plusieurs elfes noirs eut lieu au petit matin, alors que le soleil n'avait pas encore percé le feuillage. Il ne s'agissait pas là d'une chasse d'animaux, pour dire vrai les réserves de nourriture se portaient bien.

Non, l'objet de cette traque immorale visait à massacrer le plus faible des elfes noirs ayant été vaincu lors du tournoi. Ce dernier s'était vu offert une avance d'une heure, temps précieux qu'il utilisa à son avantage pour s'enfuir à pleines jambes, malgré la honte et la tristesse tiraillant son cœur infâme. Mais l'élite des elfes noirs ne portait pas un simple nom commémoratif, ils avaient hérité de la puissance, la vitesse et la fougue des meilleurs champions de leur histoire, et il ne fut alors pas étonnant que le traqué fut rattrapé au bout d'une demi-heure seulement.

Les cris de guerre et enjoués des traqueurs résonnaient à travers la forêt. Le fuyard commençait à perdre son souffle, ralentir, trébucher ... puis il resta affalé sur la terre, le souffle court, s'abandonnant à son propre sort. Il n'avait plus aucun espoir. La dizaine d'elfes noirs commença à l'encercler, le vaincu avait tout perdu : son honneur. Sa vie n'avait alors plus aucune importance, pas même pour lui.

C'est Zerkull qui brisa le cercle pour s'avancer jusqu'au pitoyable elfe noir, ses yeux violet sombres le fixant d'un air bien supérieur. Il leva sa lame salvatrice, et la plongea droit dans la gorge du malheureux qui n'eut que pour seule réaction de tendre sa main pour implorer son pardon. Sa requête fut refusée, et il commença déjà à se baigner dans son propre sang. Le groupe recula puis se détourna de la scène, leur rôle s'achevait. La tradition voulait qu'ils laissent Zerkull s'acharner autant de temps qu'il en fallait sur le cadavre pour abreuver sa soif d'orgueil.

- Te voilà mort à mes pieds mon frère. Narthe t'a réservé un bien cruel destin, mais cela n'enlève rien à la fierté que j'ai obtenue en t'ôtant la vie. Ta faiblesse était une insulte pour notre sang. Gloire à Narthe !

Il continua alors à s'acharner sur le corps de son frère de longues minutes durant, semblant durer des heures. Les bruits de chair déchirés et le sang giclant aurait pu dégouter tout autre elfe noir un tant soit peu raisonnable, mais il n'était pas de ceux-là. Zerkull était né pour se battre, tuer, et il avait suivit son chemin morbide avec brio. Il acheva son oeuvre en décapitant son frère, puis planta la tête au sol avec sa propre épée. Il se détourna puis se mit à rire avec démence ... Il allait revenir à Gathol, finir de célébrer ce jour lui étant dédié.

Mais il ne le put.

Une ombre qui avait assisté à la traque du début à la fin chuta des arbre dans un silence de mort, et heurta violemment Zerkull qui tomba lourdement au sol. Malgré la douleur du choc, il parvint à se retourner cherchant son ravisseur des yeux. Il constata, sans effroi pourtant, qu'un homme d'une vingtaine d'années, aux yeux rouges à la couleur de sang et la chevelure grise et sale s'était emparé de sa main droite qu'il tenait fermement entre ses griffes.

Zerkull était le champion des elfes noirs, un être redoutable et résistant, mais pourtant, il hurla de douleur. Une courte lame avait été glissée sous sa gorge, l'homme; ou plutôt, celui qui ressemblait à un démon jeta la main ensanglantée et bougeant encore dans tous les sens sur le côté.. puis il ramena sa main sur la garde de son arme.

- Paye pour le crime des tiens pourriture d'elfe noir !

L'elfe noir plaqua ses deux mains sur le visage de l'homme en hurlant de rage. Son hurlement se transforma en gargarisme affreux, son propre sang l'étouffant. L'épée s'était directement enfoncée dans sa gorge et l'avait traversée jusqu'à le clouer dans la terre sèche. Il remua dans tous les sens pendant trois minutes, ce qui fut admirable. L'étrange homme s'était depuis levé et écarté. Totalement enveloppé d'une cape verte et noircie par la crasse, il observait les derniers instants de l'être qu'il ne considérait pas plus qu'un insecte qu'il aurait écrasé dans sa main.

Les spasmes de l'elfe noir désormais silencieux s'estompèrent. Il avait bien luté, mais Vanilius avait emporté son âme.

Le ravisseur s'agenouilla à côté du corps, puis retira sèchement sa lame dans un bruit de chair et de sang giclant de la plaie. Il ne prit pas la peine de la nettoyer, et la rangea simplement à l'intérieur de sa cape. Son regard se portait sur l'autre elfe noir. Détrompez vous, il n'éprouva pas la moindre once de pitié pour le faible qui avait été assassiné par son propre frère.

La silhouette s'enfonça petit à petit dans les ténèbres de la forêt, laissant là les corps qui allaient être retrouvés dans la soirée, suite à l'absence anormale de Zerkull.

- Ils payeront tous pour l'avoir tué. Sa mort sera vengée ... la matrone sera la prochaine.

_________________



Dernière édition par Tyroine le Dim 2 Jan 2011 - 20:35, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.youtube.com/user/ReporterDeMinefield?feature=mhee
Tyroine
Justicier avéré
Justicier avéré
avatar

Nombre de messages : 7341
Age : 25
Guilde : Armée*Royale
Date d'inscription : 30/01/2005

Fiche signalétique
Race: Demi démon
Profession: Patrouilleur
Age: 40 ans

MessageSujet: Re: Cercle vicieux   Lun 13 Déc 2010 - 9:58

Ruines de Gathol, deux mois plus tard

La cité sombre. Un surnom bien ironique quand on sait qu'elle n'est remplie que de ces créatures au teint noir. L'ancienne capitale ressemble désormais plus à une fourmilière ayant élu domicile sur des décombres qu'autre chose. Les drows se battent, s'entrainent, chassent et s'agenouillent devant la souveraine des immondices : Kin'Razel. Elle est la dernière matrone du clan, les précédentes sont toutes mortes de ses complots ou des mains des hommes à une époque où tous n'étaient que des nomades sans abris.

Mais si les drows sont bien connus pour une chose, c'est leur sadisme et leur plaisir confondus pour la torture et l'esclavagisme. Sous les terres de Gathol furent un jour creusés de profonds tunnels s'enfonçant dans les entrailles du monde. Là, des captifs de toute race et de tout horizon se déplaçaient ou gisaient tels des morceaux de chairs destinés à putréfier par le temps. Très peu de nains, hommes et humanoïdes, et surtout ... des elfes. Les elfes sont les êtres qui leur ressemblent le plus, et c'est justement pour cela qu'ils les haïssent par dessus tout. Sans doute par jalousie, par vengeance d'avoir été déchus et non eux.

La plupart de ces esclaves finissent en pâture pour les reptiles monstrueux arpentant ces sombres galeries, et servant à la fois les drows. Mais bien d'autres, les plus frais et les mieux entretenus, finissent par être éventrés et préparés de différentes façons pour servir au souper des plus friands des elfes noirs, ceux qui par dessus tout savourent la chair humaine. On peut se demander s'il s'agit d'une question de goût ou d'éthique, leur permettant de se sentir au dessus des autres humanoïdes.

Mais d'autres encore, les plus robustes et les plus forts sont utilisés pour des tâches d'esclave. Piocher des roches et des matériaux, creuser encore plus profondément les galeries et bien d'autres calvaires où la crasse et la poussière les tuent à petit feu. Il n'est donc pas rare que la plupart de ces créatures là ne soient plus reconnaissables au bout de quelques semaines ... Tels sont les sévices de la cruauté. Ces êtres abandonnés à l'obscurité forment généralement plusieurs petits groupes.

L'un d'entre eux est, comme à l'accoutumée, composé de peu de nains, d'hommes mais surtout d'elfes... Et d'un hybride.

Un être ressemblant de près ou de loin à un homme à la chevelure autrefois d'une blancheur immaculée, aujourd'hui tellement sale, usée et couverte de boue qu'on ne peut clairement définir sa couleur d'origine. Ses yeux qui, un soir, brillèrent dans les ténèbres d'une lueur de sang afin d'ôter la vie du champion elfe noir, Zerkull, étaient désormais d'un bleu sombre aux pupilles vitreuses, accablées par l'obscurité et la torture. Enchaîné aux poignets, comme ses "collègues de travail", il avait totalement perdu la notion du temps.

Depuis combien de temps se trouvait-il dans ces galeries ? Des jours, des semaines, des mois ? A vrai dire peu lui importait à présent, mais malgré la torpeur dans laquelle il semblait plongé continuellement, ses yeux affichaient toujours un air antipathique et haineux.

- C'est l'heure de la pause bande de rats. Mangez votre ration ou vous savez ce qui vous attend...

Ce qui les attendait ? Ils le savaient tous. Le dernier, un homme imposant et robuste du nom de Philibert était mort de la sentence. Il avait été rué de coups de fouets jusqu'à la mort. Ils s'effondrèrent simplement l'un après l'autre sur les parois du tunnel, se reposant de leurs efforts et tentant d'oublier leur peine et leur douleur. Des morceaux de pain pourris et rassis leur furent jetés à la figure en guise de repas. Les drows n'avaient pas l'intention de laisser leurs esclaves mourir si facilement, mais ils n'allaient pas pour autant les dorloter. Ils pourraient en trouver bien d'autres.

Presque tous se ruèrent comme ils le purent sur leur maigre ration, certaines étant tombées dans la poussière, mais ils se repurent avec voracité du peu qui leur était offert. Ce n'était pas le cas de l'hybride au regard sombrant dans le vague. Il n'avait pas daigné poser le moindre regard sur son crouton de pain; pourtant il était l'un des plus jeunes, et surtout des plus maigres. Les gardes elfes noirs un peu plus loin parlaient et riaient de choses et d'autres, jetant parfois des regards curieux de savoir ce que faisaient les esclaves.

Quelle question, une fois leur repas terminé ils se contentaient de se reposer, totalement affalés.

- Ah, la relève arrive enfin.

Un elfe noir au physique impressionnant, couvert d'une armure légère, suivit de près par trois autres drows nettement moins imposants s'engouffra dans la galerie sombre, où se trouvaient les elfes non loin de la lumière. Ils s'échangèrent quelques paroles, des rires malsains puis se séparèrent d'un signe de main, comme de simples miliciens des villes d'hommes. Le spectacle pouvait être fort déroutant pour ceux qui étaient encore conscients des normes de la réalité.

Le meneur du nom de Korg' s'approcha du groupe d'esclaves, envoya un coup de pied pour réveiller un nain endormit et ronflant, puis, mains croisées dans le dos, se mit à vociférer.

- Debout esclaves ! La matrone Kin'Razel est d'une humeur exceptionnelle aujourd'hui. Elle offre la possibilité au plus fort de chacun des groupes d'esclaves de se battre lors d'un tournoi. A l'issue de celui-ci, on vous rendra votre liberté. Il rit Autrement dit on abrègera vos souffrances.

Les esclaves se recroquevillèrent, s'échangèrent des regards inquiets illuminés de peur par le peu de lumière s'engouffrant sous terre, visiblement personne n'avait envie de se battre. Un elfe d'une taille modeste se leva, l'air résolu. Ses pupilles n'affichaient aucune crainte, et il était le prisonnier le plus récent et le moins maigre.

- Je participerai au tournoi.

Le drow se mit de nouveau à rire.

- Idiot, qui t'a dit que vous aviez le choix ? La matrone trouve que votre odeur commence à empester la ville, alors elle a ordonné de réduire le nombre d'esclaves de la manière la plus divertissante. Vous devrez vous entretuer pour gagner une place de choix. Vous serez mieux nourris pour vous battre et êtres sacrifiés au nom de la déesse Narthe.

L'elfe serra le poing. Il n'était pas de nature à tuer des êtres vivants, mais il préférait ne pas finir comme ces limaces se trémoussant de douleur et de faim dans la terre et mourir avec un tant soit peu de gloire. Tous tournèrent la tête, firent semblant de ne pas être concernés par l'affaire. Le drow se rendant bien compte qu'ils n'étaient pas motivés, surenchérit d'une proposition plus alléchante. Il montra un coq fraichement égorgé qu'il tenait par le cou, et le fit gigoter pour les exciter.

- Le vainqueur de ce groupe aura le loisir de manger cette volaille dès maintenant.

Ce fut alors le chaos le plus total en l'espace de quelques secondes seulement. Tous se ruèrent sur l'elfe qui semblait le plus fort et le plus menaçant, il n'eut que pour seule défense d'envoyer un coup de poing à un vieillard humain dont la tête percuta un mur dans un craquement d'os qui était le dernier. Entre temps, trois hommes lui avaient sauté dessus et le ruèrent de coups de poing, malgré leur force réduite par les souffrances qui leur avaient été infligées. Bientôt ils se battirent tous. Ils n'étaient qu'une dizaine, et ils n'étaient plus que trois. Seul l'hybride était resté dos au mur, le regard vide, se désintéressant de la scène.

Du sang s'écoula lentement du sol jusqu'à toucher ses vêtements sales et déchirés. Il jeta un bref regard vers la lumière, où il vit un monceau de cadavres les uns sur les autres. Au dessus d'eux trônait l'elfe qui n'avait pas succombé aux coups de ses partenaires, ensanglanté et fixant le seul qui ne s'était pas battu. Il était visiblement décidé à tuer le dernier survivant, celui qui semblait le plus faible. Il se rua sur lui avec rage, manquant plusieurs fois de trébucher sur le sol irrégulier ... Il ne se trouvait plus qu'à quelques mètres de l'hybride qui s'était calmement redressé.

Les drows regardaient le combat avec extase, encourageant ceux qui étaient désormais morts à s'entretuer dans de grands rire sadiques. Ils se réjouissaient déjà de voir les deux derniers survivants s'échanger des coups brutaux jusqu'à la mort. Mais leur rirent se turent. Leurs regards croisèrent une pair d'yeux sanglants brillant dans les ténèbres, puis une giclée de sang tomba au sol dans un bruit effroyable. L'elfe s'était affalé sur l'hybride, sa tête penchant sur le côté. De son ventre s'écoulait une quantité effrayante de sang, son ventre qui avait été transpercé par des griffes dont l'homme n'était pas serti un peu plus tôt.

Son regard fixait avec ardeur et la plus profonde haine le maître de garde, qui ne semblait pas se laisser impressionné, mais siffla néanmoins pour reconnaitre la prouesse de l'esclave. Ce dernier retira ses griffes et laissa le corps de l'elfe s'écrouler et rouler un peu plus loin dans le tunnel. L'odeur de sang était désormais omni-présente, et il lécha ses mains dont les griffes disparurent petit à petit alors qu'il s'avançait du coq. Les esclaves s'étaient entretués malgré les bracelets de fer les retenant.

- En voilà un candidat intéressant... La matrone sera contente.

L'hybride arracha le coq des mains du drow sans un mot, s'enfonça de nouveau légèrement dans le tunnel puis se laissa glisser jusqu'au sol en se tenant sur un mur, commençant à se repaitre de la volaille crue en mangeant directement ses entrailles. Les trois autres elfes noirs se tournèrent pour suivre le chef drow qui commençait à s'éloigner, mais il leur ordonna de rester là pour surveiller l'esclave. Durant ce court laps de temps, les gros reptiles sortirent de différents trous dans le tunnel et arrachèrent les membres des cadavres les uns après les autres, puis les trainèrent dans leurs tanières, épargnant visiblement le survivant.

L'idée de rester avec lui n'était pas très séduisante. Ils passèrent dix bonnes minutes à détourner leurs regards les uns après les autres de la créature qui plongeait sa tête dans le sang et les organes de la bête morte, puis lançait de temps à autres des regards assassins à ses bourreaux.

Qui se sentait menacé à cet instant ?

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.youtube.com/user/ReporterDeMinefield?feature=mhee
Tyroine
Justicier avéré
Justicier avéré
avatar

Nombre de messages : 7341
Age : 25
Guilde : Armée*Royale
Date d'inscription : 30/01/2005

Fiche signalétique
Race: Demi démon
Profession: Patrouilleur
Age: 40 ans

MessageSujet: Re: Cercle vicieux   Dim 2 Jan 2011 - 20:34

Place de Gathol, une semaine plus tard.

Des sous-terrains éclairés par la faible lueur des torches crépitant inlassablement. Il ne s'agit pas des tunnels creusés par les esclaves cette fois-ci, mais bien que l'endroit se trouve également sous terre, tous les éléments permettent de reconnaitre facilement une prison. Mais pas n'importe quelle prison, les barreaux d'acier retiennent captifs les participants au tournoi organisé par la matrone Kin'Razel. Il est bon de noter que leur état physique s'est nettement amélioré, la plupart ont repris du poids et du muscle. Ils ont été suffisamment nourris pour mieux s'entretuer afin de satisfaire les vices pervers du peuple maléfique des elfes noirs.

Chacun des détenus est doté d'un charisme particulier. Il y a ceux qui, malgré leurs efforts, n'auraient jamais pu rentrer dans la garde de Roland IV à cause de l'agressivité et la laideur de leurs traits, ceux qui sont tellement imposants que les les elfes noirs ont du s'y mettre à trois pour le capturer, et ceux qui attendent patiemment leur heure, calmes et imperturbables, à l'allure ne payant pas vraiment de mine.

L'hybride est parmi ces gens-là, cloué de mutisme depuis fort longtemps. Lui aussi a repris de l'assurance, il ne ressemble plus à cette maigre créature crasseuse et ensanglantée qui dévorait les entrailles d'un coq il y a encore une semaine. Mais son regard n'a rien perdu de sa passivité. Nombreux geôliers elfes noirs ont tenté de lui faire peur ou de le malmener en espérant une quelconque réaction, mais en vain.

A quoi pensait-il ? Quelles sombres idées pouvait bien abriter sa conscience dénuée de sentiment apparent ? Tout ce qui gravitait autour de cet hybride était resté flou depuis sa captivité, et allait sans doute le rester.

Des bruits de pas qui approchent. Quelques coups sur les barreaux pour attirer l'attention des prisonniers, puis le silence revient. L'hybride lève les yeux malgré tout, sentant que son tour était pour bientôt. Se tenant face à lui, partagé entre l'obscurité et les ombres des flammes dansant sur son visage, le chef de garde Korg'. Il fixe longuement le demi-démon, un sourire coincé aux lèvres. Il n'essaye pas de l'impressionner comme il l'aurait fait aux autres détenus, car il fut le premier à s'y intéresser. Les drows sont des créatures qui ne respectent que leur propre race, et il est bien rare qu'ils accordent la moindre importance aux autres qu'ils voient comme de vulgaires déchets.

- Dis voir le muet, tu ne souhaites toujours pas me dire ton nom ?

Aucune réponse. L'elfe noir rit d'une voix rauque, puis hoche la tête négativement. Il avait bien essayé de lui tirer le moindre mot de nombreuses fois, il l'avait même fait saisir pour s'assurer qu'il possédait une langue, mais rien à faire. Ne pouvait-il donc pas parler, ou ne le voulait-il pas ? Ce détail qui pourrait sembler sans importance ne faisait qu'attiser bien plus la curiosité de Korg'. Car il était l'un des seuls de son espèce à se montrer curieux.

- Ça ne fait rien. J'entendrai sûrement le son de ta voix quand on te libérera du cruel destin que t'ont réservé les dieux. Il rit encore. Car je ne pense pas que ce sont ces autres gringalets qui vont te battre. Plusieurs drows ont parié sur le gros barbare là bas. Il montre un barbu d'une masse corporelle effrayante; mais moi, je sais que tu caches bien ton jeu. Tu es unique ici ... Je sais ce que tu es.

L'hybride détourne lentement son regard, comme pour se passer de tout commentaire s'il avait seulement parlé. A priori, il n'appréciait pas qu'on parle de ses origines, et ça l'elfe noir l'avait bien compris.

- Il y a déjà eu dix combats. Seize sont morts. Tu te demandes pourquoi ? A l'évidence, tu ne me le demanderas pas. Et bien trois combattants se sont entretués. Intéressant, non ? Assure toi que ton adversaire sois mort, tu risquerais d'être surpris. Si je te dis ça, c'est parce que je risque de gagner gros. Hahaha !

Il lui accorde un dernier regard puis remonte à la surface. Le demi-démon laisse son regard se perdre dans le vague. Korg' était le seul à lui faire la conversation, mais il ne le haïssait pas moins pour autant. Tous les elfes noirs sont ses ennemis, il ne perdra jamais cela. Il sombre alors petit à petit dans la somnolence à cause des ténèbres omni-présentes. Ce n'est qu'une demi-heure plus tard qu'il fut réveillé, par un autre elfe noir cette fois-ci. L'un de ceux qui avaient assisté à sa victoire contre les autres prisonniers de son groupe. Il s'adressa à lui, épée en main et non sans inquiétude. Il était sans doute l'un des plus couards des elfes noirs de Gathol.

- C'est ton tour. Et dépêche toi, le public est déchaîné. Il se risque un rire arrogant. J'te conseille de pas faire d'entourloupe !

La grille s'ouvre, l'hybride se lève lentement. Ses yeux bleu sombre ne regardent même pas son interlocuteur, qui ne s'en plaindra pas. Il avance lentement, torse nu, muni seulement d'un pantalon beige boueux s'arrêtant à ses fines chevilles. La lumière se fait de plus en plus forte malgré le fait que les feuillages de la forêt filtrent les rayons du soleil, et une clameur intarissable retentit jusqu'à lui. Il pose un pied sur un sol de pierre puis lève la tête.

Le voici dans l'arène. Autour de lui, derrière des grilles de fer, des centaines d'elfes noirs crachent et hurlent à la mort, au sang et au combat. Il plisse les yeux comme pour les maudire tous autant qu'ils sont, puis arrête son regard de l'autre côté de l'arène. Visiblement, les dieux n'étaient pas tendres avec lui. Le géant barbu humain lui faisait face, un regard féroce le fusillant en pleine poitrine. L'hybride ne se laissa cependant pas impressionner, il fut contraint d'avancer de quelques mètres, tout comme son adversaire, et les elfes noirs se retirèrent, refermant les grilles derrière eux. L'hybride leva alors la tête en direction du palais dont l'arène se tenait à ses pieds. Un balcon de marbre noir avait été aménagé exprès pour que se tienne et observe la matrone Kin'Razel.

Elle trônait au dessus de tous, entourée d'une bonne garde d'elfes noirs d'élite, le sourire malicieux et le regard posé à la fois, toisant chacun des participants. L'hybride pensa avoir rêvé ne serait-ce qu'un instant, car il cru que la matrone l'avait fixé pendant trois secondes. Le silence se fit alors que cette dernière se leva. Elle prononça ces quelques mots d'une voix douce, contrastant étrangement avec sa tenue guerrière.

- Que l'un d'entre vous meure.

Les cris éclatèrent de plus belle, puis furent couverts du hurlement de guerre du grand homme, chargeant déjà l'hybride qui se tenait en garde, les bras tombant vers le sol. En l'espace de deux secondes, les deux combattants furent au corps à corps, et le premier coup fut porté. Le barbare avait envoyé un violent coup de poing au ventre de l'hybride, qui para malgré tout en mettant son bras en opposition. Surpris par la force de son adversaire, il fut projeté plusieurs mètres en arrière sous l'impact et les rires sadiques de l'assistance. Le barbare ne lui laissa pas de répit, et poursuivit instinctivement sa charge en joignant ses deux mains. Le bras droit endolori, l'hybride qui se montrait alors bien plus concentré se releva avec une agilité exemplaire, et fonça à son tour sur le géant.

Ce dernier envoya un coup ample horizontal, les mains jointes, afin de lui briser la nuque, mais son coup ne frôla que quelques cheveux de l'hybride qui avait glissé volontairement entre ses jambes, attrapant l'une d'elles et la tirant violemment pour le faire tomber. L'effet escompté réussit avec succès, ne s'attendant pas à ce que son adversaire gringalet lui oppose la moindre résistance, le barbare s'étala de tout son long sur le sol de pierre, se brisant le nez. Le public fut aussi surpris que lui par l'action de l'hybride aux genoux ensanglantés suite à sa glissade. Ce n'était qu'une blessure superficielle cela dit, et il s'était déjà remis en garde alors que le barbare honteux, se releva à toute vitesse pour lui envoyer un violent coup de pied dans l'estomac.

Le silence se fit brutalement. L'hybride avait arrêté le coup de pied dans un grand bruit sourd de ses deux mains. Le regard du barbare s'éclaircit dans un rayon de soleil passager. On pouvait lire la peur dans ses pupilles tremblantes. Dans celles de l'hybride, on pouvait y voir la mort sanglante, car ses yeux étaient désormais rouges. Ses ongles crasseux s'allongèrent soudainement en griffes qui rentrèrent facilement dans la chair du géant qui se mit à hurler, laissant de nombreuses gouttes de sang perler sur le sol. Mais il ne s'était pas avoué vaincu, et dans un élan de rage, il se jeta en avant pour donner plus de force à son pied afin d'écraser son ennemi.

Ce dernier retira sèchement ses griffes de la jambe meurtrie du barbare, laissant son pied piétiner violemment le sol, manquant de briser les siens. Le barbare se jeta littéralement sur l'hybride, coudes en avant, tentant de lui briser la mâchoire. Mais une fois encore, son prédateur fut le plus rapide, il avait esquivé vivement le coup, et n'eut besoin que de deux pas pour se trouver sur le flanc droit du géant qui ne s'était pas encore arrêté de sa charge. D'un geste vif et violent, il plongea profondément ses griffes dans les cottes du géant qui se figea sur place. Il ne criait plus, la sueur et le sang s'écrasaient rapidement au sol.

Les elfes noirs échangèrent des regards une nouvelle fois étonnés. Comment un être aussi petit face au géant pouvait gagner aussi facilement ? Un bruit sourd se fit entendre, l'homme barbu s'était effondré au sol. Des cris incertains retentirent, partagés entre excitation et déception pour ceux qui avaient parié sur le mauvais guerrier. L'hybride se détourna de son opposant, et commença à rentrer silencieusement vers la prison. Mais les elfes noirs inclinèrent leurs épées vers lui, l'empêchant de passer.

- Recule vaurien ! Le combat n'est pas finit, tu dois l'achever.

La matrone observait la scène en se délectant du spectacle. Les elfes noirs hurlèrent à l'hybride d'achever son adversaire. Il se disait que c'était inutile, il était déjà mort. Il se tourna malgré lui vers l'arène. Une énorme main agrippant son crane lui fit comprendre qu'il aurait mieux fait de retenir les paroles de Korg'. Il fut plaqué violemment contre les barreaux d'acier, serrant les dents pour contenir la douleur. Le barbare s'était relevé, haletant et couvert de sang, et commençait déjà à broyer son crane de sa force herculéenne. L'hybride était soulevé dans les airs, ses jambes ballotant cherchant le sol abrupt.

- Tu... vas cr..ever...!

Les gardes se reculèrent rapidement. Ils venaient d'être aspergés de sang, une grande quantité de sang. Le bras du barbare laissait une véritable effusion de sang s'échapper de ses veines qui avaient été perforées par les griffes de l'hybride suffoquant. Ce dernier fut lâché au sol, alors que le géant tenait les plaies de son bras comme pour retenir le sang, hurlant de douleur à s'en déchirer les cordes vocales. L'hybride resta assit, observant, immobile, la lente et douloureuse mort de son adversaire. Il se coucha lentement au sol, baignant dans son propre sang, et il mourut finalement.

Les cris redoublèrent d'intensité, sifflant et acclamant un nouveau combat. La grille s'ouvrit dans le dos de l'hybride, qui fut trainé sans retenue jusqu'à sa prison. Il avait survécu, et avait triomphé de celui qui semblait être le plus dangereux des adversaires. Les prisonniers furent aussi étonnés que les elfes noirs de voir l'hybride trainé. Ils s'attendaient tous à voir revenir le barbare, ce qui jeta un froid à chacun d'entre eux.

Pour lui, la journée était finie. Dix minutes plus tard, Korg' revint à nouveau.

- Bravo champion, tu m'as été d'une grande aide. Et on dirait que tu as tiré le gros lot ... La matrone souhaite te voir. Mais tu comprendras qu'on ne peut pas présenter un inconnu à la matrone.

Toujours pas de réponse. Korg' haussa les épaules, pas vraiment surpris, puis commença à s'éloigner. Ses pas furent arrêtés par une voix sombre et paisible à la fois.

- ... Tyroine.

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.youtube.com/user/ReporterDeMinefield?feature=mhee
Tyroine
Justicier avéré
Justicier avéré
avatar

Nombre de messages : 7341
Age : 25
Guilde : Armée*Royale
Date d'inscription : 30/01/2005

Fiche signalétique
Race: Demi démon
Profession: Patrouilleur
Age: 40 ans

MessageSujet: Re: Cercle vicieux   Ven 13 Mai 2011 - 11:58

Changement total de décor. Les prisons souterraines crasseuses de la cité des elfes noirs laissent place à la forteresse aux teintes obscures de la matrone Kin'Razel. L'hybride est traîné de force par deux gardes elfes noirs, après avoir pris le soin de lier ses poignets et l'avoir assommé. Ses genoux ensanglantés ne semblent pas le réveiller de son coup porté au crane, Korg' lui même s'est chargé de cette tâche. Les couloirs obscurs où demeurent, stoïques, plusieurs elfes noirs, aboutissent devant une grande porte de fer, close. Cette dernière est gardée par deux autres elfes noirs, bien plus imposants que ceux trainant la "victime". Ils s'écartent tous deux en ouvrant la porte, et les accompagnateurs de l'hybride pénètrent dans la chambre de la matrone.

Instinctivement, ils mettent genoux à terre et inclinent la tête vers le sol. Porter le moindre regard à la matrone peut-être risqué... L'hybride lui, reste toujours affalé au sol, inconscient. La matrone assise sur son trône de métal jauge du regard l'assemblée. Ses yeux violacés affichent un profond ennui, la présence de plusieurs personnes dans sa chambre ne lui convient guère. Elle reste bien assise sur son piédestal, et brise le silence glacial en prononçant ces paroles :

- Vous pouvez nous laisser seuls.

Kin'Razel put déceler aisément la stupeur figer les corps de ses larbins. Gardant toujours la tête baissée vers le sol, l'un d'eux se risqua à rétorquer...

- Mais... Vous laisser seule avec ce cafa...

- Silence ! Pour qui me prends-tu ? Aurais-tu oublié que j'ai éventré ton propre père avec mon épée ? Apprends où est ta place Rakeel. Maintenant sortez.

Les deux gardes se relevèrent et sortirent sans demander leurs restes. La matrone put voir Rakeel serrer les poings, ce qui lui valu un sourire malicieux et satisfait. Elle se leva enfin de son trône, dévoilant sa silhouette fine et ses habits de la soie la plus noire qui puisse exister. Comme les rumeurs l'affirmaient, Kin'Razel n'était pas la plus guerrière des elfes noires, elle ressemblait à une reine aux atouts indéniables, cachant derrière son étonnante beauté un cœur des plus froids.

Le temps passa quelque peu, et l'homme portant visiblement le nom de Tyroine entrouvrit difficilement les yeux. Son esprit était encore brumeux, mais il comprit assez rapidement qu'il ne se trouvait plus dans les prisons. Tout du moins, celles où restaient figés des barreaux d'aciers et des suppôts de l'enfer, car à ses yeux cette cité entière est une prison pour son âme. Il n'en sortirait que lorsqu'il aurait exercé sa vengeance ... Dur retour à la réalité, il recouvre enfin la presque totalité de sa vue, il est enchaîné à l'un des murs de la chambre. Devant lui se tient la matrone Kin'Razel, un sourire inquiétant sur les lèvres. L'hybride habituellement de nature calme et feutré vit son regard sombrer dans la colère, mais il se contenta de serrer la mâchoire. La matrone eut un rire... presque sincère. Était-elle vraiment l'incarnation du vice comme beaucoup semblaient s'accorder à l'appeler ?

- J'ai eu l'occasion de t'observer durant le tournoi, jeune hybride. Ne prends pas cet air étonné, rien n'échappe à mes yeux.

Elle rapproche son visage du sien, tenant sa mâchoire de ses griffes et perçant son regard froid de ses pupilles violacées énigmatiques.

- Un corps d'humain en apparence.. Mais au fond de toi demeure une bête noire prête à surgir quand ton cœur s'emballe. J'ai raison, n'est-ce pas ? La nature m'étonnera toujours. Le secret des races m'a toujours fascinée. Sais-tu ce que nous sommes, nous les elfes noirs ?

Ne s'attendant pas à une quelconque réponse, elle le lâcha et se mit à tourner autour de lui tout en lui contant un brin d'histoire qu'elle connaitrait par cœur.

- La plupart d'entre nous sont originaires de Cirel, la plus grande cité des elfes. Une gigantesque cité en harmonie avec la nature, prônant Danava et toujours pacifique... Mais les elfes ne sont pas si bons qu'on le pense. Les hauts dignitaires ne sont jamais tout blancs, et nombreux sont les elfes à avoir été bannis ou trahis pour de nombreuses raisons.

Tu l'ignores sans doute, mais les elfes qui sont bannis de la cité de Cirel sont frappés d'une malédiction. Nos cheveux blanchissent, notre peau se teinte de la noirceur de notre cœur, et c'est ainsi que nous évoluons. C'est là l'histoire des elfes noirs, ou du moins une très maigre partie.

Elle se mit de nouveau face à lui, le fixant d'un air intéressé.

- Ces choses là m'intriguent, la nature n'est-elle pas vraiment étrange ? Aussi étrange que de penser qu'hommes et démons se faisant front depuis des millénaires puissent un jour passer outre le tabou le plus redouté... Donner naissance à un être comme toi. Repoussant pour les démons, effrayant pour les hommes. Tu n'es plus rien par la faute de tes parents. Au final, nous ne sommes pas si différents...

Trahis par notre propre race, nous nous réfugions dans la haine et la perfidie. Laisse moi te poser une question, petit hybride. J'ai appris que nombreux de mes hommes ont été assassinés dans la forêt par un être semblant être invisible, et motivé par de sanguinaires raisons. Puis, du jour au lendemain, ces actions se sont estompées après que tu aies été arrêté près de nos murs.

L'hybride la fixait avec toujours autant de ressentiment.

- Je ne crois pas que quelqu'un d'aussi fort que toi, comme tu as su le prouver dans l'arène, se soit fait arrêter aussi facilement par quelques elfes noirs.. Dis moi, que cherches-tu exactement ici ?

L'hybride prononça ses premières paroles depuis fort longtemps.

- Ta mort.

Et la matrone rit à nouveau.

- Tu ne cesseras donc pas de m'étonner ! Vraiment, les êtres comme toi sont réellement intéressants. J'imagine d'ici ce qui te motive à nous haïr, nous les elfes noirs. Mes hommes ont tué tes parents, ou quelque chose qui s'y apparente ? C'est d'un banal! Mais peut-être n'est-ce pas cela ?

Quoi qu'il en soit, je me demande à présent... Ce que donnerait l'alliance d'une elfe noire et d'un être déjà mi-homme mi-démon.

Le regard de l'hybride semble frappé de stupeur. Quelle ineptie habitait à ce moment là les pensées de cette sorcière ? Riant de plus belle, comme une enfant aux caprices toujours comblés, elle claqua des doigts. La porte opposée s'ouvrit, et plusieurs elfes noires liées aux poignets et aux visages masqués sortirent et s'agenouillèrent aux côtés de la matrone. Cette dernière appuya sa main sur l'une d'elles.

- Qu'en dis-tu ? Ce sera l'occasion pour toi de vivre autre chose que la douleur, et donner naissance à un spécimen encore plus énigmatique que toi ! Cela promet déjà d'être passionnant, n'es-tu pas d'accord ?

- Tu es folle à lier...

La matrone haussa les épaules, puis de ses griffes, arracha l'un après l'autre les masques des elfes noires attachées. Chacune d'elle semblait marquée de profondes cicatrices, et elles semblaient toutes bien plus farouches que Kin'Razel. Au fur et à mesure qu'elle retirait les masques, elle prononçait quelques mots en elfe noir, suivis des noms des concernées.

- Sil'Gathien, ancienne elfe noire d'élite, Delil'Sang, Eowil'Galia, Unil-Gawien, et enfin...

Sararith, ancienne matrone de notre cité !

La honte et l'humiliation se lisait sur chacun de ces visages, s'il n'avait pas appris à haïr, l'hybride aurait sans doute pris pitié d'elles. Les rumeurs disant que la matrone Kin'Razel était bien plus manipulatrice que guerrière semblaient se vérifier. Il ne pensa pas un seul instant qu'elle aurait pu vaincre toutes ces elfes noires. Kin'Razel s'appuya lestement sur la tête de Sararith, son visage plaqué au sol.

- Dis moi, laquelle est à ton goût ? Tu restes un homme après tout, je suis sûr que chacune d'entre elles saura te faire oublier un instant ton dégoût envers nous pour t'attacher à quelques plaisirs charnels. Et bien, tu ne sais laquelle choisir ?

C'est bien normal, elles furent toutes aussi prometteuses que les autres. Chacune d'entre elles aurait pu être matrone, quel que soit ton choix sache que tu en serais honoré... Si tu étais des nôtres. Bon, je vais t'aider, elle est à toi.

Elle fit tomber en avant Sararith qui s'affala de tout son long aux pieds de l'hybride qui demeurait muet. Kin'Razel ordonna à ses fidèles de rentrer dans leur cache, puis prit place sur son trône où elle jubilait d'avance du résultat de ses magouilles. L'hybride baissa un instant les yeux vers Sararith, et put lire dans ses yeux le même dégoût que le sien, ainsi que de la peur... Finalement, même les elfes noires craignent parfois la mort, rien d'autre n'aurait pu la motiver à s'abaisser à telle ignominie.

Les minutes s'écoulent, semblant aussi longues que des heures. La matrone se lève et contemple la finalité de son oeuvre.

Le corps de Sararith est totalement dénudé et affalé contre l'hybride qui l'est tout autant. De nombreuses cicatrices parcourent le corps de Sararith, laissant deviner qu'elle fut torturée longuement. Sous leurs pieds perlent sueur, fluides charnels et sang... Car la matrone est observée par le regard fixe de Tyroine. Ses yeux sont d'un rouge ensanglanté et montrent une haine prononcée. Ses dents se sont transformées en crocs, ces derniers plantés dans le cou de Sararith. Il relâche son emprise, et l'elfe noire tombe sur le pavé froid de la chambre.

- Ainsi même durant l'acte ta haine reste aussi forte. N'est-ce pas effrayant ? Tu aurais pu en profiter encore, c'est fort dommage... Oh et ne t'en fais pas pour elle, elle ne mourra pas pour si peu, elle est habituée à bien pires traitements. Tu es en colère ?

C'est compréhensible, car il y a des chances que tu fasses naître quelqu'un d'encore plus monstrueux que toi. Tu as toute la nuit pour y songer. Je pense que je vais te garder encore quelques temps comme jouet, puis lorsque je me serai lassée de toi, tu iras rejoindre les cadavres de notre cité.

Sans ajouter le moindre mot, elle fit revenir ses elfes noires qui trainèrent Sararith et Tyroine dans deux pièces différentes. L'une serait sans doute soignée, l'autre enchaîné dans une autre pièce. De nouveau plongé dans les ténèbres, les yeux de l'hybride avaient repris une couleur normale. Cette chose n'aurait jamais du se produire, ses propres plans avaient été si facilement bafoués par cette matrone aussi folle qu'un démon savourant une torture. Le moment est bientôt venu... Il pourra enfin oublier ces humiliations et lui faire payer !

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.youtube.com/user/ReporterDeMinefield?feature=mhee
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Cercle vicieux   

Revenir en haut Aller en bas
 
Cercle vicieux
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» ecriture en arc de cercle
» La quadrature du cercle
» [collection] Cercle romanesque (Tallandier)
» les arcs de cercle
» Le cercle de feu

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Divers :: Recueil de textes-
Sauter vers: