Bienvenue Invité, cela faisait longtemps ! ()
 
AccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Besoin de soutiens[Sixième Chapitre]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Bardock
Dévot de Donblas
Dévot de Donblas
avatar

Nombre de messages : 3110
Age : 28
Guilde : Armée*Royale
Date d'inscription : 12/08/2005

MessageSujet: Besoin de soutiens[Sixième Chapitre]   Mer 20 Aoû 2008 - 16:37

(Une petite précision sur un point qu’on m’a fait remarquer, indispensable à la bonne lecture, parce qu’il est vrai que ça ne peut pas tomber sous le sens pour tous :
Les textes au passé situés entre les balises : « Bien avant cette nuit là/Cette nuit là », présents dans chaque chapitre, se suivent dans le temps, et évoquent des faits antérieurs au récit en cours et son donc à dissocier du reste.)

__________________________________________________________

Désormais les journées de ce qui fut l’ancien Général de l’armée, ne sont que peu différentes les unes des autres… Le travail qu’il effectue dans la mine de fer, n’est pour lui que la manière d’expier ses fautes. Mais on ne peut fuir sa véritable nature… Ainsi il avait évité à son village bien des attaques de grizzlys, ou autre fourberies d’arnaqueurs en tout genre, ne serait-ce qu’en suivant son instinct. Cette nuit, comme beaucoup d’autres il ne trouvait pas le sommeil, et c’est bercé par une douce brise que le dévot de Donblas laisse le mouvement de ses jambes suivre le courant de la rivière d’Ibrin, affluente du fleuve Weane. Après quelques pas dans l’herbe fraîche jouxtant le courant régulier de l’eau, il s’assied sur une large pierre surplombant la rive et ceci si naturellement que ce coin lui devait être familier… Le visage rafraichit avec intermittence par l’éclatement d’une vague sur la rive, Bardock ferme lentement ses paupières pour replonger dans les souvenirs que ce lieu lui inspire.

***********************************************
~Bien avant cette nuit là~
***********************************************


Ses yeux s’entrouvrirent lentement, difficilement, sous un soleil proche de son zénith dont les rayons frappaient son visage. Son ouïe pu percevoir le doux chant des oiseaux, mêlé à la musique hypnotisante que jouait la rivière. L’odeur de plantes fraîches éveilla doucement ses narines quand il agrippa une touffe d’herbe qui se logeait sous la paume de sa main droite. Chacun de ses muscles qui se réveillaient lui transmettaient sous forme de vive douleur, la difficulté de la chute qu’il avait fait bien plus au Sud, sur le pont à l’est de Sonak. Son dos se cambra pour mieux permettre au reste de son corps de se redresser. La première chose qu’il pu apercevoir était une large pierre grisâtre à laquelle il s’empressa de s’appuyer, lui permettant ainsi de parcourir du regard le reste de l’environnement dans lequel il se trouvait. Le courant de la rivière tranchait une forêt d’arbres sombres et, ce qu’il déduisit comme étant un chemin, au vue de la terre qui y était retournée, semblait offrir une sortie à travers cette sylve. Ce sentier qu’il se contenta de suivre, lui permit de libérer petit à petit ses muscles de la douleur qui les alourdissait.
A travers le fourmillement de sons doux et aigus qu’offrait la forêt à ses oreilles, ce qu’il put discerner comme des cris de joies se firent de plus en plus distincts. La faune et la flore de la nature prirent fin, dévoilant un amoncellement de bicoques autour de ce qui devait être la place d’un village. Une petite foule s’y massait et de vives clameurs étaient lancées vers une estrade, où le regard du dévot de Donblas se porta. Le cadavre d’un tigre blanc immense, tels que ceux qui parcourent les forêts entre Ibrin et la montagne, était offert en spectacle par un grand homme dont la lance ensanglantée laissait présumer qu’il avait participé au massacre. De multiples flèches étaient plantées dans le corps atrophié du félin, qui avait du succomber dans d’atroces souffrances. Bardock avait jadis entendu parler des ces tigres exceptionnels, mais peu pouvaient se vanter d’en avoir approché un. Plus grands que des chevaux, ils étaient aussi bien plus puissants qu’un grizzly et très peu dociles. Ce spectacle l’écœurait, et le dévot de Donblas commença à reculer quand il vit un homme abjecte, aidé d’un de ses compère, se saisir d’une longue scie qu’ils prirent chacun par un bout, et l’en approcher du cou de la bête.
Mais soudain, de longs rugissements retentirent et firent tourner les têtes en direction de la forêt dont Bardock était sorti. Le temps semblant se figer, plus personnes ne bougeaient, trop concentrés à imaginer ce qui avait pu émettre un tel son. La foule commença à s’élargir pour mieux se dissiper, d’abord dans un silence inquiétant, puis dans un brouhaha ne laissant présager rien de bon au dévot de Donblas. Il interpella un homme dont les jambes tremblantes de peur ne semblaient pas obéir à son désir de fuir le plus loin possible.

Bardock : Qu’est ce que c’est ?

Homme : Ils… ne viennent jamais aussi près d’habitude… On… n’aurait pas… dû chasser aussi loin…

Le visage de Bardock se tourna brusquement en direction des premiers arbres de la forêt dont une immense masse mêlant gris et blanc venait de surgir. Le tigre, un peu plus grand et munit de muscles plus dessinés que le cadavre de l’autre, vint finir la course de ses puissantes pattes sur deux hommes qui tentaient vainement de s’y opposer. La rage avec laquelle ses crocs vinrent en finir avec la vie des ces deux individus, n’avait d’égal que la cruauté des chasseurs du village. Les jambes hagardes de l’ancien Général le firent reculer de quelques pas puis il parvint à dégager ses yeux un instant tétanisés par la violence de la scène. Il pu ainsi se rendre compte qu’entre les personnes courant dans tous les sens pour sauver leur propres vies ou leurs enfants et celles qui ne bougeaient plus, criant quelques prières en suppliant leur Dieu de les épargner de cette menace, rien ne semblait s’opposer à la rage vindicative de ce puissant félin. Ses yeux suivaient maintenant une petite fille étonnement seule, qui s’approcha d’un cadavre dont les plaies dues aux griffes du tigre étaient encore fraîches.

Petite fille : Papa ?...

Le cœur étreint par cette scène, Bardock pu tout de même discerner les pas lourds du tigre se ruer dans la direction de la jeune enfant.

***********************************************
~Cette nuit là~
***********************************************


Une goutte de pluie tombe sur la joue gauche de Bardock, lui faisant quitter ses souvenirs en ouvrant doucement les yeux. Prémisse d’une averse plus importante, cette goutte dévale sa joue, alors que d’autres commencent déjà à tomber. Appréciant le son mélodieux de la pluie tombant dans la rivière, le dévot de Donblas suivit ce chemin qu’il connaissait maintenant parfaitement bien pour rejoindre son village endormi.

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bardock
Dévot de Donblas
Dévot de Donblas
avatar

Nombre de messages : 3110
Age : 28
Guilde : Armée*Royale
Date d'inscription : 12/08/2005

MessageSujet: Re: Besoin de soutiens[Sixième Chapitre]   Mer 20 Aoû 2008 - 16:41

Le visage humidifié par la pluie s’abattant sur son village à l’Est d’Ibrin, Bardock trouve refuge dans le seul pub du hameau, qu’il ne croit jamais avoir vue fermer. Chaque heure à ses clients, et en cette heure tardive, ce ne sont pas les plus fréquentables qui ont prit place aux larges tables de la chaumière. Les lumières orangées ne parviennent pas à faire disparaître tous les endroits sombres de la salle où des visages souvent difformes trouvent repos. Il salua d’un signe de la main le gérant de l’auberge, qui lui sert sans rien lui demander cette boisson alcoolisé qu’on peut comparer à la boisson pourpre servit dans les pubs des grandes villes de Vesperae. Bardock dépose quelques pièces usées sur le bois parsemé d’imperfection du comptoir, puis il se saisit de son verre, en se dirigeant vers une table au coin de la pièce. Le contenu de la chope ne tarde pas à finir dans l’estomac du dévot de Donblas, qui fixe maintenant ce verre vide, en laissant son esprit replonger dans ses souvenirs.

***********************************************
~Bien avant cette nuit là~
***********************************************


Ce bruit de pattes, s’abattant frénétiquement sur le sol… La gueule ensanglantée de ce tigre, prêt à se ruer sur cette jeune fille naïve, à côté de ce qui restait de son père…
Bardock, face à cette situation, se mit instinctivement à courir à grandes enjambés vers la jeune enfant, et la saisit d’un bras par la taille. Il laissa la vitesse de ses jambes, grisées par la peur, l’emmener vers la première maison qu’il put apercevoir, alors que forte heureusement, après quelques mètres, la bête vue le cadavre de l’autre tigre gisant au centre de la place et stoppa sa course effrénée pour s’en approcher. Il fit glisser son museau sur le corps inerte, en ponctuant son parcours de quelques reniflements, puis il lécha le visage de ce qui devait être un de ses proches. Bardock déposa sa protégée à un groupe de femmes réfugiées dans la maison, et un homme assez corpulent s’avança vers lui.

Homme : Au nom de tout le village nous vous remercions pour cet acte héroïque, je peux vous assurer que…

Bardock : Ce n’est pas le moment pour ce genre de futilités, si l’on ne réagit pas d’autres tomberont…

L’ancien Général n’avait aucune sympathie pour les habitants de ce village, la fureur de cet animal pour lui n’était pas fortuite… Ce n’était pas la rage d’un animal avide de sang, mais une rage vindicative après la perte d’un être qui lui était cher. Soudain, deux sifflements à quelques secondes d’intervalles retentirent, plus aucun sons n’émanait de la pièce, le temps semblait se figer un instant. S’en suivit de longs rugissements de douleur provenant sans aucun doute du tigre. Bardock pu apercevoir à travers l’opacité d’une fenêtre de la maison, que deux carreaux d’arbalète venaient de se figer dans le cuissard gauche de la bête. Des chasseurs avaient profités du recueillement de l’animal près du cadavre, pour exécuter cet acte fourbe qui ne fit que décupler la rage du tigre. Un d’eux n’eu pas le temps de recharger un carreau qu’une patte aux griffes acérés perfora son épaule, mais il eu la chance de ne souffrir que très peu de temps avant que les crocs de la bête ne viennent en finir avec lui.

Bardock sortit en trombe de la maison, décidé, au vue de la situation de laisser son instinct le guider. Il dirigea ses pas effrénés vers un cheval lesté près de la chaumière, en ramassant des pierres sur son passage dont il emplit ses poches. Il chevaucha la monture improvisée, puis d’un geste ample, dégaina son sabre, pour venir trancher la corde qui liait l’étalon. Il retourna aussitôt son épée dans son fourreau, après avoir frappé du plat de la lame le cuissard du cheval, pour lancer sa course. Les sabots de l’animal se frayèrent un chemin à travers la place maintenant chaotique du village, jusqu'à ce que l’ancien Général, soit assez proche du tigre pour lancer d’un geste appuyé une pierre contre le dos de la bête. Le dévot de Donblas réorienta directement la course de sa monture vers la sortie Est du village, laissant un éphémère nuage de poussière derrière lui. La bête grisâtre sortit les crocs du cou où ils étaient plantés, et releva instinctivement la tête en direction de l’ancien Général. Toujours animé par la rage, le tigre se mit à poursuivre le cavalier, qui se retournait par moment pour lui relancer des pierres afin qu’il ne soit pas tenté par d’autres proies. Handicapé par sa blessure, la bête ne parvenait pas à porté de patte du cheval, mais arrivait tout de même à suivre sa cadence. Après quelques instants, il ne restait plus que deux silhouettes s’engouffrant dans les sombres forêts d’Ibrin.

***********************************************
~Cette nuit là~
***********************************************


Le son d’un objet métallique tombant au centre de la table ronde de Bardock, l’extirpe de la torpeur dans laquelle ses souvenirs l’avaient plongé. Ses yeux parcourent les déformations du bois sombre, jusqu'à percevoir l’éclat de cet insigne qu’il a longtemps porté, l’insigne Royaliste. Son regard se lève pour découvrir le soldat en armure qui se trouvait devant lui, mais à en croire les insignes qu’il venait de voir sur le métal de l’armure, ce n’était pas qu’un simple soldat, mais bel et bien le nouveau Général de l’Armée…

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bardock
Dévot de Donblas
Dévot de Donblas
avatar

Nombre de messages : 3110
Age : 28
Guilde : Armée*Royale
Date d'inscription : 12/08/2005

MessageSujet: Re: Besoin de soutiens[Sixième Chapitre]   Mer 20 Aoû 2008 - 16:44

(Texte écrit en collaboration avec TueurKLSS)

La main de Bardock, laisse ses doigts parcourir sa barbe brune, pour remonter tout le long de son visage, comme pour s’assurer que l’officier qui se trouve devant lui n’est pas qu’une simple hallucination. Mais sa vue, tout comme son ouïe maintenant, perçoivent réellement ce Général, qui se dresse fièrement face à lui.

Général : Bardock, il est grand temps de rentrer à la maison.

Bardock : Excusez-moi mais… Je ne crois pas vous connaître et c’est ici chez moi.

Général : Je suis le nouveau Général de l’Armée*Royale, et j’ai besoin de vous à mes côtés, le Roi et toute son armée ont besoin de vos services. Cela fait des jours que j’enquête pour vous retrouver.

Bardock : C’est finit tout ça pour moi…

Général : Le royaume fait face à de nombreuses menaces… Et votre ami Silk nous à déjà rejoint.

Les yeux de Bardock se figent un instant après cette phrase, son frère d’arme qu’il pensait ne plus pouvoir revoir, serait bel et bien vivant et de retour dans les rangs de l’Armée Royale. Après un certains temps de latence, le dévot de Donblas se lève, et dirige ses pas lourds vers la sortie du pub.

Bardock : Nous serons plus tranquilles pour discuter de tout ça chez moi.

Le Général de l’Armée Royale suit donc les pas de Bardock, en direction de la maison de ce dernier. Après être entré dans la modeste bicoque, le maître des lieux s'assied et invite le mystérieux visiteur à faire de même.

Bardock : Vous avez dit que Silk était de nouveau dans les rangs de l’Armée Royale ? J'avais cru comprendre qu'il était mort...

L'imposante armure coupe aussitôt son interlocuteur d'un signe négatif du doigt.

Général : Mort, non. Porté disparu, oui. C'est la raison pour laquelle j'ai entamé une longue enquête pour retrouver sa trace... Pour finalement le localiser sur l'île des cinq sages.

Il marque un temps d'arrêt. Bardock semble quant à lui troublé par la teneur de ses propos.

Général : Je suis allé à sa rencontre, et après avoir longuement discuté avec lui, j'ai pu le convaincre de faire son retour parmis nous. Je me suis chargé de lui éviter la peine réservée aux déserteurs.

Le dévot de Donblas semble ne pas pouvoir y croire, comme si, seule la vue de son vieux frère d’armes pouvait le convaincre des dires de l’officier Royaliste. Il reprend alors la parole, d'un ton intéressé.

Bardock : Parlez moi un peu de la situation du Royaume ? Qu’est ce qui vous à forcé à parcourir le royaume pour nous retrouver ?

Général : Pour être honnête avec vous, la situation nous échappe peu à peu. Les démons se font de plus en plus nombreux, notamment à Trigorn, et nous ne disposons malheureusement pas d'assez d'hommes pour prétendre faire pencher la balance en notre faveur.

L’appréhension de la bataille, l’ivresse de son déroulement, et la compagnie de ses frères Royalistes… Tout ça manquait à Bardock, il se doutait qu’en retournant au palais, il ne risquait pas d’en partir de si tôt.

Bardock : Je vois… Vous pourrez m’expliquer tout ça en détail sur le chemin du retour vers le palais, mais je ne vous promets pas de reprendre le service. Rejoignez-moi à la sortie du village.

La brusque décision de Bardock surprend le Général qui sans ajouter un mot se lève pour regagner la porte de la demeure. Avant d'en sortir, il marque une légère pause, puis se retourne vers lui.

Général : J'ai besoin de vous, vraiment.

Suite à ces paroles plutôt troubles, il retourne à l'orée du village, en prenant soin de récupérer au passage son étalon qu'il avait tantôt laissé attaché à proximité de la taverne.

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Besoin de soutiens[Sixième Chapitre]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Besoin de soutiens[Sixième Chapitre]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Spoil Bleach chapitre 274
» Bleach - Chapitre 322 BKT
» Bleach - Chapitre 423
» Chapitre 511
» Besoin d'aide sur photoshop Cs3

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Divers :: Recueil de textes-
Sauter vers: