Bienvenue Invité, cela faisait longtemps ! ()
 
AccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Besoin de soutiens[Troisième Chapitre]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Bardock
Dévot de Donblas
Dévot de Donblas
avatar

Nombre de messages : 3090
Age : 27
Guilde : Armée*Royale
Date d'inscription : 12/08/2005

MessageSujet: Besoin de soutiens[Troisième Chapitre]   Ven 20 Juin 2008 - 15:17

Le silence… Un silence funeste qui paraît inaltérable, brisé seulement par quelques coups de pioches dont l’acoustique est si particulière dans cette caverne à l’Est d’Ibrin. Un lieu sombre où la vie semble s’en être allé en même temps que les couleurs… Seuls les rougeoiements des lueurs flottantes des torches, redonnent une touche d’humanité à ce qui parait être le lien entre notre monde et l’antre de Démonio. Une des pioches est mise en mouvement par les bras robustes d’un homme, dont le corps est souillé par la poudre noire se dégageant de chaque éclat de fer retiré aux parois de la grotte.
Cette fois-ci, la pioche s’abat plus lourdement dans le sol rocailleux de la caverne, mettant fin au mouvement frénétique qui avait grossi le tas de roches aux pieds de l’homme. Ses mains se détachent difficilement du manche de l’outil, laissant apparaître la couleur nacrée de ses paumes. On ne pouvait en deviner l’existence auparavant. Après avoir rassemblé les roches dans un sac, mettant un terme au contraste éphémère de ses mains, il le souleva d’un geste lent et maitrisé pour le bloquer sur le haut de son dos, dont la courbure s’était maintenant faîte à ce poids. L’humain pu par la suite mettre en mouvement ses jambes engourdies par l’oisiveté de longues heures, en laissant son regard se fixer de torches en torches.
Après un certains temps qu’il s’était habitué à ne plus estimer, les yeux de l’homme purent quitter les lumières ondulantes du mur pour se raccrocher à une lueur blanche et statique qui commençait déjà à irriter ses pupilles. Les dédales de la caverne prenaient donc fin, et il s’immobilisa, les yeux endoloris par l’intensité de la lumière du jour, malgré un soleil caché par d’épais nuages grisâtres. Après quelques pas hasardeux, ses yeux purent de nouveau guider ses jambes, dévoilant devant lui un paysage mêlant le vert sombre des forêts avoisinant Ibrin, au gris plus ou moins clair des roches et des sentiers menant aux premiers villages à quelques kilomètres de la ville. Il s’extirpait d’une atmosphère sombre et chaude, pour se laisser en proie à une brise fraiche, faisant glisser de fins lacets de poudre noire le long de son corps et dégageant son odorat de l’odeur enfumée de la grotte. L’homme se dirigea vers une dune noirâtre où s’amoncelait le fer brut et il y ajouta le contenu de son large sac avant de laisser ses pieds suivre un sentier dans un silence que seules ses toux rauques perturbaient.
Le sentier l’amena dans un petit village de mineurs, dépendant d’Ibrin, où d’autres silhouettes noires arrivaient elles aussi de divers chemins qui liaient le hameau à la montagne.


***



La nuit tombée, dans une petite maison excentrée du village, c’est au fond d’une large bassine métallique emplie d’eau chaude, et sous la lumière tamisée que formaient quelques bougies, que l’homme semblait reprendre vie. Défait de ses lourds vêtements et de la fine pellicule noire qui le couvrait, on pouvait maintenant distinguer son corps, témoin de ses faits passés. Des cheveux mi-longs bruns couvraient son crane, et une barbe de la même couleur parcourait le bas de son visage. Seuls ceux qui l’avaient bien connu autrefois auraient pu affirmer que cet homme était Bardock, grâce à ses yeux, qui eux ne pouvaient changer.
Son torse se bombait à chacune de ses longues inspirations, qui laissaient les lueurs chaudes des bougies éclairer les cicatrices qui s’y entremêlaient et l’y avaient laissé imberbe. Certaines, plus récentes, étaient les marques de son passage dans les geôles de la Croisade*Noire.
Les poings serrés, son regard embué par la vapeur de l’eau, il fixait un coffret rangé sous la table où se trouvait la plus grande bougie de la pièce.

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bardock
Dévot de Donblas
Dévot de Donblas
avatar

Nombre de messages : 3090
Age : 27
Guilde : Armée*Royale
Date d'inscription : 12/08/2005

MessageSujet: Re: Besoin de soutiens[Troisième Chapitre]   Ven 20 Juin 2008 - 15:20

La main posée sur le bois d’un coffret positionné face à lui, Bardock, assit au rebord de la seule fenêtre éclairant la pièce où il se trouve, regarde les lumières de son village s’éteindre une à une pour ne laisser soin qu’à la lune d’éclairer cette douce nuit de Vina. Ses mains hagardes trahissent l’importance du contenu de ce petit coffre qu’elles commencent à ouvrir avec précautions. Ses yeux sont maintenant emprunts de la lumière bleutée de cette lune qu’il fixe, sans jeter un regard aux objets désormais dévoilés, comme s’il avait peur de les regarder, comme si cela était au-dessus de ses forces…
Ses doigts s’engouffrent à l’intérieur et parcourent les imperfections d’un métal froid qu’il saurait reconnaitre entre mille, ses insignes royaux… Son armée… Ses frères… Ses paupières se ferment doucement pour laisser son esprit mettre des images sur ses pensées.


***
~Bien avant cette nuit là~
***


Bardock était encore le Général de l’Armée du Roi Roland IV… Un jour, il fit la connaissance d’Orany, la grande Prêtresse de Narthe. Tout deux pourtant assez méfiant vis-à-vis de leur races respectives, se rencontrèrent ainsi plusieurs fois, et une certaine complicité laissa place à cette méfiance. Soucieux tous les deux de l’avenir de leur peuple, Bardock proposa de prêter main forte à Orany dans le plan qu’elle entreprenait pour prendre le pouvoir de la Croisade*Noire, au dépend d’Elfe de l’Ombre. Les actions mystérieuses du dévot de Donblas qui en découlèrent, finir par jeter le doute sur la confiance qu’Elmina, alors conseillère du Roi, avait toujours placée en lui. Cette histoire n’eut d’ailleurs pas les fins qu’il escomptait : elle ne fit rien gagner à Orany, et ne lui apporta finalement que plus d’incompréhension de la part de sa supérieure. C’était la première fois depuis bien longtemps qu’un de ses plans ne se passait pas comme prévu. Cette fois-ci, à l’inverse de son habitude il l’avait mené sans en décortiquer tous les points et tous les scénarios possibles, sans doute soucieux du sort de la Grande Prêtresse de Narthe, mais il en avait oublié toutes ses valeurs, et tout ce qui avait fait de lui le stratège de l’Armée Royale.
Et c’est à partir de ce jour, qu’une voix se fit entendre dans l’esprit de Bardock, d’abord un chuchotement l’accusant de mettre en péril son armée, qui devint une voix forte résonnant douloureusement dans son crâne, répétant sans le moindre arrêt qu’il ne sera que nuisance à tous ceux qui lui sont proches. Zoy n’était plus, Silk avait lui aussi disparu, et il était sans aucune nouvelles de celle qui réchauffait son cœur et apaisait son esprit. Un soir il ne revint pas au palais, il n’en pouvait plus… Au lieu de rediriger ses pas vers le chemin du Palais, il les laissa aller en direction du sud, et se promit de ne pas les faire stopper tant que cette voix continuerait à ébranler ses pensées. Après des jours de marche, où à de rares occasions son regard avait quitté le sol, sa silhouette qui n’avait rien à envier aux pauvres vieillards qui parcouraient les rues de Trigorn, arriva aux portes de Sonak. Il était recouvert d’une cape usée recueillie sur le corps d’un voyageur qui avait sans doute dû tomber nez à nez avec un des démons parcourant les terres de Gathol. L’ancien Général, commença à errer sur les pavés humides de la ville, toujours en proie à cette voix qui refusait de se taire. Il trouva refuge dans un pub malfamé du coin, et laissa les dernières pièces qu’il avait sur lui dans la boisson alcoolisée infecte que servait le gérant de l’établissement. Le son et la vue de l’ultime verre qu’il avala se reposant sur le comptoir, fut le dernier élément distinct que ses sens purent bien interpréter, le reste n’est fait que de rires macabres, de discutions voilés, et de visions floues… La nuit de l’ancien Général se termina à l’Est de la ville, traversant en titubant un pont au-dessus du fleuve Weane. L’alcool finit par terrasser physiquement l’homme déjà affaiblit par un long voyage et il ne put éviter la chute de son corps dans les eaux heureusement assez calmes de la rivière.


***
~Cette nuit là~
***


Ses paupières s’entrouvrent lentement, laissant ses yeux retrouver l’astre qu’ils ont pour compagne, et mettant un terme pour cette nuit aux souvenirs d’une vie qui n’est maintenant plus la sienne. Ce « rituel » qu’il effectue chaque soir, se termine comme les nuits précédentes, lorsque sa main se frayant un passage dans le fond du coffret, permet à ses doigts de toucher le froid d’un pendentif qui jadis trouvait place autour de son cou. Ses lèvres bougent légèrement au contact du médaillon en forme d’épée, laissant échapper des mots que l’on devine comme une prière en l’honneur de Donblas. Puis sa main quitte doucement le coffre, emportant dans son passage une bague, dont l’ancien Général connaît parfaitement la place. Puis en laissant jouer ses doigts sur les contours de l’alliance, la lune lui paraît maintenant avoir un visage…

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Besoin de soutiens[Troisième Chapitre]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La troisième expiation (Chapitre 3 terminé)
» Spoil Bleach chapitre 274
» Bleach - Chapitre 322 BKT
» Bleach - Chapitre 423
» Chapitre 511

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Divers :: Recueil de textes-
Sauter vers: