Bienvenue Invité, cela faisait longtemps ! ()
 
AccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 L'Art du Troubadour

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Aedril/ThePrisonner
Habitué du palais
Habitué du palais
avatar

Nombre de messages : 159
Age : 34
Guilde : Armée*Royale
Date d'inscription : 20/04/2008

Fiche signalétique
Race: Humain
Profession: Troubadour
Age: 35 ans

MessageSujet: L'Art du Troubadour   Mer 21 Mai 2008 - 18:56

Mise en garde :

Ce texte peut choquer mon public le plus poupin.
Et je vous prie jeunes demoiselles, à qui je ne veux faire de peine,
Si vous avez encore quelques naïvetés sur la nature humaine,
De bien vouloir instamment, passer votre chemin.

Préambule :

Chers auditeurs, la création d’une œuvre lyrique,
Parfois, prend des détours bien surprenants :
Un lieu insolite, un destin tragique,
Une rencontre fortuite, un jupon affriolant.

L’Art du Troubadour :

Gente demoiselle, s’il vous est plaisant,
Je m’en vais donc, vous conter à présent,
La tête ceinte des lauriers de la gloire,
Tous les rebondissements de mon histoire.

L’auteur *à part* : Cela fait une semaine que j’essaie de séduire la belle, elle a un corps à sanctifier un damné… rectification… à damner un saint. Et autant vous le dire, je ne suis pas un saint et je sais de quoi je parle, dans ma vie, j’en ai vu quelques-uns…

Afin d’immortaliser à jamais, les exploits de son fils,
Océane des Lodoss a requis de mon art les services.
Et c’est en recherchant, de ma muse, l’apparition
Qu’un intriguant vieillard, m’aborda sans apparente raison.

L’auteur *à part* : Bon tout ça, c’est du chiqué, à part la commande, mais je n’ai même pas aligné deux rimes. Je dirais que d’autres priorités retiennent momentanément mon attention…

Voix brisée, corps décharné, tel à moi, s’est-il présenté.
Ses yeux pourtant étaient de sa sapience, le reflet.
Quel noir breuvage, me suis-je dis, a-t-il à ses lèvres portés ?
Pour connaître ainsi, obscures sciences et divins secrets.

L’auteur *à part* : Et je brode, les vieux et la sagesse, je ne sais pourquoi, mais ça marche toujours…
« Gérard, un lieu commun pour la table sept ! »
- « Heu.. Patron, la poiscaille, c’est pour la table avec un ‘V’ et deux bâtons, c’est ça ? »
« Tu fais chier Gérard, je t’ai déjà dit que c’était celle avec un ‘V’ et trois bâtons ! »
- « Ok patron »
Sinon, ce que je peux vous dire au sujet du vieux, c’est qu’un doux fumet émanait de ce vieux débris, mélange harmonieux de pisse et de bibine bon marché.


Il me déclare soudain, être d’un incroyable secret, le dernier dépositaire,
Et d’unE épreuve m’acquitter, avant d’en pénétrer le sanctuaire :
Vaincre, sans coup férir, la plus obscènes des sorcières,
Ainsi que ses compagnons velus, tout droit sortis de l’enfer.

L’auteur *à part* : J’avoue, c’était un sacré emmerdeur ce vieux, je sirotais tranquillement une petite boisson pourpre, à une terrasse ensoleillée. Et ce con là me quitte pas des yeux. Il finit par s’approcher et me dire, de sa voix hébétée, qu’il a un secret. Et moi les secrets, j’aime bien les connaître…
Au sujet de la sorcière, j’ai pas trouvé mieux que de m’inspirer de la putain de la rade, qui racole, encore à son âge, les marins ivres (les pauvres…). Cette pute, elle a au moins 90 balets, et je tiens de source sûre, qu’elle a des morpions gros comme le poing. Et puis, comme je peux pas le blairer, je vais vous dévoiler le nom de ma source. C’est oOvladOo, je l’ai vu un soir, monter avec la vieille pute pour se la farcir (il était même pas bourré en plus…). Je l’ai donc attendu, et à force de questions, il m’a tout raconté. Mais, ce que je ne sais pas, c’est, s’il s’était tapé la vieille, pour le côté nécrophile ou zoophile de la chose…


Les mystères indicibles, au Mas aux Schistes, te seront révélés !
Subitement, la flamme de sa vie se mit à vaciller, son regard se voiler.
La destinée du vieil homme, fut de s’éteindre, son message délivré,
Laissant sa dépouille charnelle, dans mes bras, lentement chuter.

L’auteur *à part* : Revenons-en au vieux, pour qu’il me crache le morceau, au sujet de son secret, j’ai dû le secouer un peu et ce con là fini par m’avouer qu’il est masochiste (vieux dégueulasse …). Le pire dans cette histoire, c’est qu’il est vraiment mort, j’ai dû le secouer un peu trop fort, mais au moins, ai-je la certitude qu’il est mort heureux…

Je saurai ici, vous épargner de bien fastidieux détails.
Sachez seulement, que dans l’étude de poussiéreux grimoires,
De découvrir le Mas aux schistes, j’en conçu plus que de l’espoir.
Une expédition, j’entrepris donc, avec une détermination sans faille.

L’auteur *à part* : Il faut vraiment, que je me dépêche, sinon, il me faudra, pour ne pas déchirer mon pantalon, que je le double des mailles d’une cotte. Je reviens, encore, sur le vieux masochiste, je sais où il est… Six pieds sous terres à se faire bouffer la couenne par les asticots, il n’y a aucun besoin d’ouvrir un bouquin pour savoir ça…

Après moult périls bravement surmontés,
J’ai découvert, ce qui est, aux initiés réservés.
Mais de la malédiction, de me parler, le vieux, bien se garda.
Pour tout vous dévoiler, m’ouvrir vos bras, il vous faudra.

L’auteur *à part* : Et je brode, encore, enfin… j’espère bien maintenant, que cette beauté va m’ouvrir plus que ses bras…

Conclusion :

L’Art du troubadour est un art délicat, qui demande beaucoup de doigté et une langue agile…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
L'Art du Troubadour
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Originale] Le troubadour de la Mort
» Bravo à un troubadour d'antan
» cotte inspiration XIII ème ,troubadour/musicien
» Arrivée d'un troubadour
» Le troubadour

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Divers :: Recueil de textes-
Sauter vers: