Bienvenue Invité, cela faisait longtemps ! ()
 
AccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Psychologie entravée.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Zoy
Dévot de Donblas
Dévot de Donblas
avatar

Nombre de messages : 3702
Guilde : Armée*Royale
Date d'inscription : 01/01/2005

Fiche signalétique
Race: Humain
Profession: Conseiller du Roi
Age: 46 ans

MessageSujet: Psychologie entravée.   Jeu 8 Fév 2007 - 22:28

Nous sommes le Zanda 9 Sanfio. Kael, plus couramment appelé TueurKLSS, a finalement été capturé par trois royalistes, au terme d’une confrontation à la banalité affligeante. Le criminel s’est vu placer dans une cellule située au plus profond de la place forte royale, à plus de 10 mètres de profondeur. Deux soldats ont été désignés pour monter la garde à tour de rôle, afin de ne jamais laisser le meurtrier sans surveillance.




Après un réveil difficile, le détenu se releva enfin, observant attentivement le décor lugubre dans lequel il avait été déposé la veille. Il perça les barreaux du regard, pour finalement le déposer sur le royaliste chargé de le surveiller. C’était un humain âgé d’une quarantaine d’années, l’œil vide de toute expression, dont la chevelure grisonnante se mariait étrangement bien avec le mobilier de cette salle d’un glauque dérangeant.

-Kael : Tu es le malheureux qu’ils ont nommé pour veiller à ce que je ne brise pas les barreaux à coups de poing ?

-Geôlier : Je… J’étais volontaire.

-Kael : Tiens donc ? Serais-tu de ceux qui ne supportent pas la compagnie des autres êtres vivants ?


Son interlocuteur détourna brusquement le regard, puis laissa la question en suspend. Il saisit un tabouret à l’équilibre douteux, puis s’y assis sans mot dire. Ses yeux se fermèrent, et ses mains vinrent masquer son visage marqué par la vieillesse.

-Kael : Evidemment… Je suppose qu’ils ne m’ont pas fais l’honneur de m’attitrer un garde distrayant, pas vrai ? Connais-tu la sanction que tes supérieurs ont l’intention de m’infliger ? Encore la corde, je suppose.

-Geôlier : Vous avez été condamné à perpétuité.

-Kael : A perpétuité… Ca fait long, n’est-ce pas ?


Une nouvelle fois, le soldat laissa le silence répondre à sa place. Cependant, il redressa quelque peu la tête, rouvrit les paupières, pour débuter une longue observation de cet assassin aux répliques si déroutantes.

-Geôlier : Alors c’est vous le plus grand meurtrier qu’est connu le Royaume ?

-Kael : Il paraît, c’est du moins ce qu’on raconte. C’est amusant. J’ai fait couler plus de sang qu’il n’en faut pour te répugner, et pourtant, nous sommes tous les deux condamnés à la même peine : Passer le restant de nos jours dans les entrailles de ces terres. Le destin aime l’ironie, n’est-ce pas ?


Le garde de Kael se releva lentement de sa chaise, puis se dirigea en direction d’un tas de bûches. Il en souleva quelques-unes, les positionna minutieusement à terre, puis les alluma grâce à la seule torche qui peinait déjà éclairer la pièce de sa faible lueur. Une fois le feu bien attisé, le soldat ouvrit une petite trappe ancrée au plafond, qui faisait apparemment office de voie d’aération.

-Geôlier : La nuit risque d’être longue.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zoy
Dévot de Donblas
Dévot de Donblas
avatar

Nombre de messages : 3702
Guilde : Armée*Royale
Date d'inscription : 01/01/2005

Fiche signalétique
Race: Humain
Profession: Conseiller du Roi
Age: 46 ans

MessageSujet: Re: Psychologie entravée.   Jeu 8 Fév 2007 - 22:29

Riba 10 Sanfio, Cellule de Kael.




-Kael : Volontaire, hein ? Quel genre d’homme peut bien vouloir perdre ses journées dans une alcôve si oppressante, aux côtés d’un criminel réputé pour sa folie ?

-Geôlier : J’essai de comprendre…

-Kael : Tu ferais mieux de passer ton chemin. Lors de mon existence, j’ai semé de nombreux doutes dans l’esprit de mes proches, mais aucun d’eux n’en a récolté des réponses.


Le royaliste resta sans voix. Il continuait de fixer son prisonnier, sans jamais le lâcher des yeux. Amusé par son attitude, Kael entreprit de lui répondre d’un regard provocateur. C’est durant de longues minutes qu’ils restèrent ainsi à s’observer mutuellement la prunelle des yeux, accompagnés par les crépitements incessants du feu récemment allumé. Le garde craqua le premier, fermant les yeux, mentalement épuisé par cet opposant à la ténacité infernale.

-Kael : Qu’attends-tu de moi ?

-Geôlier : J’aimerai décrypter l’état d’esprit des assassins. Je veux connaître la nature de la soif qu’ils étanchent à coups de lame. J’en ai besoin pour faire mon deuil.


La franchise si soudaine du soldat laissa le vide meubler la conversation. Kael resta un instant à réfléchir, sans émettre le moindre son. Il se releva, saisit un tabouret renversé depuis trop longtemps, le positionna proche des barreaux de son alvéole, puis s’y assit calmement.

-Kael : Un de tes proches s’est évanoui aux côtés de Vanilius, noyé dans son sang encore tiède. J’ai souvent été l’auteur de telles œuvres d’art. Cependant, je crains de ne pouvoir te sauver des regrets qui rongent ton âme.

-Geôlier : Ma femme… Je n’ai pas pu la protéger…

-Kael : Tu sembles faire partie des faibles que je méprise tant. Les scrupules sont ancrés dans ta personnalité, c’est ce qui t’empêche d’oublier. Tu dois les combattre. Tu dois les éliminer. Si Vanilius l’a emportée, c’est qu’elle le méritait. Détache-toi vite de ce boulet qui t’empêche encore d’avancer. Poursuis ta route, ne te retourne plus.


Une larme naquit sur le visage du royaliste, puis vint mourir sur son épaisse carapace métallique. Face à des paroles d’une telle cruauté, il n’eut même pas la force de s’énerver, ni même de répondre quoique ce soit.

-Kael : Je t’aiderai à te vider des défauts qui te souillent. Donne-moi ton nom.

-Geôlier : Fardulphe.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zoy
Dévot de Donblas
Dévot de Donblas
avatar

Nombre de messages : 3702
Guilde : Armée*Royale
Date d'inscription : 01/01/2005

Fiche signalétique
Race: Humain
Profession: Conseiller du Roi
Age: 46 ans

MessageSujet: Re: Psychologie entravée.   Jeu 8 Fév 2007 - 22:31

Nava 11 Sanfio. Cellule de Kael.




-Kael : Le ciel ne te manque pas ?

-Fardulphe : Le ciel ?

-Kael : Oublie…


Le geôlier se renfrogna un peu plus, devant l’œil amusé de son prisonnier. Ce dernier, assis sur son tabouret, gardait cette position sans relâche depuis la veille. Sans raison apparente, il mit un terme à cette immobilité, et se releva avant de s’étirer majestueusement. Il s’allongea ensuite face au sol, puis débuta une interminable série de pompes, suivi par le regard ébahi du royaliste.

-Fardulphe : A quoi pourraient bien servir des muscles dans une si petite cage ?

-Kael : Je ne compte pas rester indéfiniment ici. J’ai encore beaucoup à faire dehors, et une bonne condition physique m’aidera à accomplir mon dessein.

-Fardulphe : Pourquoi tant d’obstination ? Tu sais pertinemment que même si par le plus grand des hasards tu t’évadais, l’armée royale ne mettrait pas bien longtemps avant de te remettre sous les verrous.

-Kael : Je n’ai jamais vraiment eu le choix.


Fardulphe se releva lentement de son siège. Il ramassa quelques bûches bien sèches, puis les déposa dans le feu qui commençait lentement à perdre de son ampleur. Ceci fait, il retourna s’asseoir, tandis que Kael achevait sa séance de musculation improvisée.

-Kael : Je n’agis pas dans mon propre intérêt. Je sers une cause, comme d’autres servent la leur. Nous avons tous une quête personnelle à accomplir, un objectif secret ou non qui nous pousse à avancer. Ceux qui n’en ont plus sont voués à l’échec. Ce que je constate, c’est que tu recherches désespérément ce but si bien dissimulé, afin de remplacer ta femme qui ne pourra plus jamais te guider.

Le garde resta sans voix, trop occupé à réfléchir aux propos de Kael. Ce dernier partit s’adosser dans le fond de son cachot personnel, gardant un œil sur les éventuelles réactions de ce soldat d’une faiblesse psychologique affligeante.

-Fardulphe : Et de quelle manière peut-on obtenir ce but ?

-Kael : Seul le ciel est en mesure de nous l’attribué, au moment de notre existence ou nous nous y attendons le moins. Ton tour viendra, patiente encore un peu.

-Fardulphe : Le ciel…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zoy
Dévot de Donblas
Dévot de Donblas
avatar

Nombre de messages : 3702
Guilde : Armée*Royale
Date d'inscription : 01/01/2005

Fiche signalétique
Race: Humain
Profession: Conseiller du Roi
Age: 46 ans

MessageSujet: Re: Psychologie entravée.   Jeu 8 Fév 2007 - 22:34

Ganis 14 Sanfio. Cellule de Kael.





Les lunes se succédèrent dans la petite alcôve de Kael, sans jamais l’honorer de leurs lueurs apaisantes. Le criminel s’était désormais accommodé de cette nouvelle vie. Vivre la nuit aux côtés de Fardulphe, et dormir le jour sous le regard inintéressé d’un autre garde à la personnalité sans intérêt. Au rythme imposé par le crépitement des flammes, TueurKLSS rongeait un peu plus l’âme déjà bien entamée de sa victime, le laissant s’enfoncer toujours plus profondément de soirée en soirée. Un lien étrange reliait le détenu et son geôlier, ou plutôt la bête et sa proie, mais c’était le but recherché depuis le début par Kael.

-Fardulphe : Le ciel dont tu m’as parlé tantôt, était-ce les divinités que les peuples de Vesperae chérissent depuis toujours ?

-Kael : Ne me dis pas que tu crois en eux.

-Fardulphe : Pourtant, ils existent non ?


Le condamné se releva brusquement, le regard déformé par une colère non-dissimulée. Il s’avança en direction des barreaux de son cachot, les sourcils froncés et les poings serrés. Surpris par un tel changement d’humeur, le royaliste se releva à son tour, la main posée sur la garde de son épée, près à intervenir si nécessaire. Il fixa Kael d’un air interrogateur, effrayé à l’idée de le voir sortir de sa cage. Cependant, l’assassin si réputé n’en fit rien, et se contenta de tenir d’une poigne ferme les barreaux entravant sa liberté.

-Kael : As-tu déjà vu un dieu en colère ?

-Fardulphe : Comment ça ?

-Kael : Répond !

-Fardulphe : Non, je n’en ai jamais vu…

-Kael : Et un dieu triste ? Et un dieu joyeux ? En as-tu déjà vu ?

-Fardulphe : Non plus…


Le criminel retourna s’asseoir, ayant réussit à déstabiliser un peu plus le soldat. Son visage retrouva sa neutralité habituelle, et ses yeux se baissèrent en direction du sol. Le garde royal se rassit quant à lui tremblotant, encore choqué par cette attitude aussi effrayante qu’inattendue. Il patienta quelques secondes, attendant que son étrange interlocuteur reprenne enfin la parole.

-Kael : Comment peux-tu croire en ces êtres imaginaires qui ne bougent même pas le petit doigt pour te rendre ta défunte femme ? Les divinités ne sont que des fabulations créées par les êtres vivant pour se rassurer. Ne commets pas l’erreur de te laisser porter par ces mensonges.

-Fardulphe : Et le ciel ?

-Kael : Le ciel nous illumine lorsqu’il est heureux. Le ciel gronde lorsqu’il est en colère. Il pleure lorsqu’il est triste. Car oui, le ciel est parfois triste. Triste de ne pas pouvoir nous secourir. Triste de devoir assister à l’autodestruction des terres qu’il a autrefois créées. Toutefois, il tente de nous venir en aide. En déléguant ses pouvoirs à des êtres comme moi, il espère ainsi pouvoir inverser le processus enclenché il y a bien longtemps.

-Fardulphe : Mais qui es-tu…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zoy
Dévot de Donblas
Dévot de Donblas
avatar

Nombre de messages : 3702
Guilde : Armée*Royale
Date d'inscription : 01/01/2005

Fiche signalétique
Race: Humain
Profession: Conseiller du Roi
Age: 46 ans

MessageSujet: Re: Psychologie entravée.   Jeu 8 Fév 2007 - 22:37

Riba 31 Sanfio. Cellule de Kael.





-Kael : Je suis mort le jour de ma naissance.


Le détenu restait là, allongé au fond de sa cellule, les yeux rivés en direction du plafond noirci par la fumée. Pendant ce temps, Fardulphe le geôlier s’occupait d’aiguiser la lame de son épée, mais mit un terme à cette activité lorsque son pensionnaire rompit le silence de sa voie plate. Il redressa lentement la tête, puis lui répondit sans plus attendre, d’un air interrogateur.

-Fardulphe : Quelle tâche le ciel t’a-t-il confié ?

-Kael : Eradiquer la perversité qui règne sur ces terres. Purifier notre monde à l’aide des forces divines.

-Fardulphe : Alors peut-être devrais-tu te ranger aux côtés du Roi.

-Kael : Le Roi sert Donblas, alors que les démons chérissent Démonio. Le Bien et le Mal sont des notions trop abstraites à mes yeux. Ce ne sont que des mots dont beaucoup se servent pour justifier leurs actes. Ceux qui agissent au nom du Ciel sont au-dessus de tout ça. Je suis supérieur.


Le soldat se releva, puis s’avança quelque peu afin de mieux pouvoir observer l’intriguant Kael. Il s’accroupit ensuite devant la cellule de celui-ci, sans le lâcher du regard. Le détenu quant à lui n’y prêta pas attention, et ferma paisiblement les yeux. Il laissa ensuite échapper un long soupir, avant de reprendre son monologue.

-Kael : Le Bien est générateur de conflits tout autant que le Mal. La guerre est née de leur rencontre. Si j’élimine chacun des deux camps, la paix remontera sur le trône qui est le sien.

-Fardulphe : Je crains que même le plus grand des guerriers ne puisse anéantir de telles forces armées. Non pas que je doute de tes capacités, mais ça me semble hors de portée de n’importe quel combattant.

-Kael : Je ne suis pas n’importe quel combattant. Et puis qui te parle de tous les éliminer ? Je ferai tomber les têtes des principaux leaders de parte et d’autre, la confusion fera le reste.


Fardulphe laissa le silence répondre à sa place. Il ferma les paupières, puis se mit à réfléchir à tous les propos tenus par cet étrange personnage. Il pesa chacun de ses dires, se laissant porter par son subconscient. Il tentait d’analyser la personnalité si particulière du prisonnier. Etait-il fondamentalement mauvais ? Ou fallait-il croire en sa justice ? De nombreuses questions semèrent le trouble dans l’esprit du garde royal, chez qui l’hésitation grandissait progressivement.

-Kael : Tu devrais déserter. Si je m’évade et que tu me barres la route, je serai contraint de te tuer. Pense-y.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zoy
Dévot de Donblas
Dévot de Donblas
avatar

Nombre de messages : 3702
Guilde : Armée*Royale
Date d'inscription : 01/01/2005

Fiche signalétique
Race: Humain
Profession: Conseiller du Roi
Age: 46 ans

MessageSujet: Re: Psychologie entravée.   Jeu 8 Fév 2007 - 22:38

Fullia 5 Arisis. Cellule de Kael.







-Kael : Si tu souhaites avancer, il sera nécessaire d’en faire abstraction.

-Fardulphe : Je n’y arrive pas…

-Kael : C’est normal, tu es humain. Ta nature a donné naissance à tous ces états d’âme.

-Fardulphe : Que puis-je faire ?

-Kael : Pour renier tes sentiments, il va te falloir abandonner ton humanité.


Les deux hommes se tenaient tous deux assis face à face, séparés par cette imposante barrière métallique. L’un du bon côté de cette frontière physique, l’autre du mauvais. Ou l’inverse ? Lequel se trouvait en position de force ? Fardulphe ne le savait plus lui-même. Il ferma les yeux pour mieux se concentrer, se laissant bercer par les paroles de son détenu à la mentalité si captivante.

-Kael : Le fait de ressentir rend les êtres plus faibles qu’ils ne le sont. La peur les fige, la colère les contrôle, la tristesse les démotive, la pitié les trahit. Je me suis débarrassé de toutes ces émotions il y a bien longtemps, et vois ce que je suis devenu. Un homme qui accomplit sa destinée sans jamais tergiverser.

-Fardulphe : Et l’amour ? N’as-tu jamais aimé ?


Le criminel marqua un long temps d’arrêt. Il ferma à son tour les yeux, laissant le silence faire son travail. Il se remémorait la manière avec laquelle il avait violé la jeune Mortelle, avant de l’assassiner quelques jours plus tard. L’avait-il réellement fait pour déstabiliser Tomas, l’amant de cette royaliste ? Où avait-il laissé libre ses pulsions de dicter sa conduite ? Il choisit d’écarter cette hypothèse, préférant oublier cette soirée à la signification si trouble.

-Kael : Jamais. Ne dit-on pas que l’amour rend aveugle ?

-Fardulphe : C’est… Stupéfiant…

-Kael : Peut-être. Toujours est-il que tu peux te débarrasser de toutes ces barrières que tu t’es inutilement imposé.


Ils continuèrent à échanger ainsi leurs paroles durant toute la nuit. Au rythme de ses mots, de ses idées et de ses interrogations, Kael poursuivait lentement d’infiltrer la faille tortueuse de l’esprit du malheureux Fardulphe. Avancer sans se retourner, ne pas permettre au doute de s’immiscer. Vite s’enfuir, avant que son erreur puisse le rattraper.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Psychologie entravée.   

Revenir en haut Aller en bas
 
Psychologie entravée.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Divers :: Recueil de textes-
Sauter vers: