Bienvenue Invité, cela faisait longtemps ! ()
 
AccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Là ou la passé ressurgit...la peine revient.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Jazz
Voyageur égaré
Voyageur égaré
avatar

Nombre de messages : 25
Guilde : Sarosa
Date d'inscription : 03/08/2006

MessageSujet: Là ou la passé ressurgit...la peine revient.   Mar 15 Aoû 2006 - 20:31

Jazz entra dans la bibliotèque en trainant les pieds et s'assit à une table. Elle sortit un petit cahier et commença à la lire. C'était son journal de bord, celui dans lequel elle avait écrit les cinq dernières années de sa vie. Elle jeta un coup d'oeil à droite et à gauche, furtivement, et elle se plongea dans sa lecture.

Riba 6 Kistibé

J'ai mangé avec les denières provisions que m'a donné Zandart. La seule chose qu'il me restait de lui, ou presque. Il me reste encore ce collier. Celui que je porte maintenant. J'essaie de ne pas repenser à ce qui s'est passé hier, j'essaie d'oublier, d'oublier, d'enfouir cette douleur au plus profond de moi-même. Mais il n'a rien à y faire, elle me sort par les yeux, par le nez, par la bouche, elle dégouline sur moi comme le sang qui a été versé. La peine exsude par mes pores et moi submergé dans cet océan de souffrance, je crie et je pleure, seule. Je n'ai plus envie d'exister, je veux disparaître mais par un mouvement machinal de survie, j'enfonce cette mie de pain imbibée de larmes dans ma bouche, je me force à manger pour survivre, mon corps ne s'abondonne pas à cette douleur mais mon esprit est torturé et je gémis. J'ai envie de vomir en me revoyant abattre cette arme sur lui, mais mon corps se retient, il ne faudrait pas gacher la nourriture. Il me fait lever, et ses comme si mon ame était détachée de ma tête, comme si elles pouvaient agir séparemment. Je marche, un carquois à l'épaule, un arc en bandoulière, un vulgaire sac de toile pendant sur mon flan. Moi, Jazaëlle Niril, treize ans, ai commis un fraticide.

Gannis 18 Yuyio.

Cela fait plus d'un mois que je marche errante, je ne cherche rien, je chasse et je marche, toujours au nord. Je mange, je dors, je marche, je chasse. Le reste du temps je pleure. Je n'ose même plus regarder mon visage dans les pointes rutilantes de mes flêches. La dernière fois, il y a trois semaines, je me suis retrouvée en face d'un créature à la peau bleue, tellement irrité qu'elle en était blanche sous les paupières, à force de m'essuyer les yeux d'un revers de manche. Mes cheveux n'était qu'un paquet de noeud. Trois semaines que je n'ose me regarder et je marche. Jusqu'à la tombée de la nuit.

Drane 22 Yuyio

Capturée. J'ai été capturée par des Elfes Noirs. Je ne sais ou je suis. Je marche, je dors, je chasse ,je ne vis plus qu'à moitié, je me force à manger. Il m'ont pris mon carquoi et mes flèches, m'ont laissé mon arc et un petit poignard qui a déjà tué..mais je doute qu'il l'aient aperçu. Un grand Elfe qui devait être le chef apparemment s'est avancé et a commencé à me violenter. Il a pris mes vêtements et les as arrachés méthodiquement. Au début je m'en foutais, qu'il fasse ce qu'il veut de mon corps ce sera pareil pour moi. Je ne faisais ni partie de ce monde ni de celui de l'au-delà. Et une petite voix dans ma tête, dans un coin, s'est mis à persifler : "PAs maintenant, attend qu'il te prenne...attend" Bientôt elle a remplit toute ma tête toute mon âme écoutait la voix qui disait : "Attends, pas encore, attend qu'il soit assez près"
L'elfe a té surpris de ma docilité et a fait des mouvement plus lents, moins prudents. Je n'avais plus les jambes de mon pantalon de toile, on aurait du que j'avais une culotte trop grande, qui m'arrivait à mi-cuisse. Il s'est approché pour me l'enlever et je me suis penché pour pour prendre le poignard que j'avais dans ma chaussure montante. Surpris il s'est rapproché et moi, faisant un large geste du bras, je lui ai tranché la gorge. Je pensais que ma dernière heure était venue quand j'ai regardé les autres elfes, l'air stupide avec mon pantalon raccourci. Certains paraissaient enchantés et d'autres se sont mis à trembler de rage ou de peur. Mais ils ne me regardaient pas... Ils se regardaient. Ils se sont tappés sur la figure, j'entendais des hurlements de souffrance cohabiter avec des exclamations de joie et des souffles d'effort. J'ai avancé vers le village et sans rien demander, j'ai pris des vêtements sur un étendage. Et je suis partie. J'ai marché. Marché jusqu'à la tombée de la nuit.

Zanda 15 Deficos

L'hiver a enfanté de la mort de l'automne et a répandu un épais manteau de neige blanche. Depuis presque un mois, je me suis réfugié ici, dans une caverne ou coule une cascade chaude. Le matin je vais chasser et le reste du temps je reste là, à méditer, à ne rien faire. Je reste ici. J'essaie de me retrouver.

Brasis 3 Grimstel

Un ours est arrivé ce matin dans ma retraite. J'ai donc du la quitter avec un pincement au coeur, presque huits mois, peut-être neuf que j'habitais ici. J'ai quatorze ans maintenant. J'ai l'impression d'en avoir quatre-vingts. La vie me fatigue, la vie ne me donne rien. Né dans une famille brutale, décimée. Vie de merde, mort de merde comme on dit. La seule chose que j'attend de la vie c'est la mort. Cruelle circonstance. J'ai marché un bon bout de temps et je suis arrivée à une cabane ou un paneau indiquait : Exorciseuse. Je ne me suis toujours pas décidé à rentrer. Une bonne vieille femme sort et viens me parler.



Jazz referme le cahier. Trop de souvenirs, trop de souffrance était écrite et sachant la suite, elle n'avait plus envie de retrouver son passé. Elle posa le cahier sur une étagère au hasard en le calant entre un gros dictionnaire de runes anciens et un livre sur l'armement de Trigorn, calendrier des dix dernières années. Les larmes au bord des yeux, elle sortit en courant de la bibliotèque, la vue trouble et alla se réfugier dans le lieu qui lui rendait un peu de cette paix que nous cherchons tous et que si peu d'entre nous trouvent(vive les références de film Razz).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Là ou la passé ressurgit...la peine revient.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» QUAND LE PASSE RESURGIT ^
» Passé, Présent et Futur
» Broder ensemble le marquoir Cadichon du Passé Composé
» J'ai passé une journée de dingue !
» A peine 4 jours de chaud et retour de l'orage pour le 23!!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Divers :: Recueil de textes-
Sauter vers: